Irradiation des aliments: l'escroquerie!

Une raison de plus de consommer local, on ne le sait pas toujours mais l’atome sert aussi dans l’alimentation, pour la santé?? oui en quelques sorte, en camouflant certaines pratiques. L’étiquetage est pratiquement inexistant (on se demande pourquoi!). Des aliments irradiés sont des aliments morts, ils n’ont plus de valeur nutritive, toutes leurs vitamines sont détruites. Alors à l’instar de nos amis de terresacre.org, qui nous propose un article sur les croquettes pour les humains (?)  lisez si vous ne l’avez déjà fait, ce que nous propose le Codex Alimentarius, comme aberration supplémentaire! C’est pour quand Soleil Vert??

 

   Si un aliment irradié n’a plus de vie, à quoi peut-il servir ? La ionisation alimentaire est une escroquerie scientifique, un remède préventif pire que le mal …
On ne peut pas dire la vérité à la télé …
il y a trop de monde qui regarde.

Coluche.

Irradier, veut dire soumettre à un rayonnement radioactif de type bêta (provenant de particules), ou de type gamma (cobalt 60) l’autre terme (plus discret) est l’ionisation.

L’irradiation au cobalt 60, émet des rayons gamma qui irradient alors, à quarante kilograys (KGy), des palettes entières d’aliments convoyés en boucle sur tapis roulants.

L’irradiation au césium 137, parce qu’il n’a pas besoin d’un couvercle d’eau, est d’un usage beaucoup plus pratique. Intégré dans une mini-centrale nucléaire mobile, il est transporté en camion, d’une usine à l’autre, au gré des contrats, en revanche il est beaucoup plus instable.

  • A quoi sert l’irradiation ? 

L’irradiation est utilisée :

  1. pour retarder le mûrissement des fruits,
  2. pour empêcher les légumes de germer,
  3. pour tuer des bactéries responsables du pourrissement ou pour se débarrasser d’insectes sur les aliments.

* Élimination des micro-organismes tels que les bactéries pathogènes ou non pathogènes, ou des levures par stérilisation totale;
* Élimination d’insectes.
* Conservation des aliments
* Anti-germination en tuant le pouvoir germinatif des tubercules, des graines ou des bulbes;
* Prolongation de la conservation (généralement : conséquence de la stérilisation partielle ou totale).

Il y a actuellement une forte pression internationale de la part de l’industrie de l’irradiation et d’ autres organisations (comme l’OMS !) pour généraliser son l’utilisation.

  • Qui utilise l’irradiation ?

Actuellement, cinq pays de l’Union européenne autorisent l’irradiation ou (ionisation) d’autres aliments : la Belgique (8), la France (16), la Hollande (8), l’Italie (3) et le Royaume-Unis (10).

Jusqu’à présent, la pression de l’opinion publique a été forte pour s’opposer à l’ionisation des aliments. Ainsi, selon les organisations de consommateurs, cette technologie n’offre pas de réels bénéfices aux consommateurs, ce serait même plutôt le contraire et pourrait tromper ceux-ci sur la fraîcheur réelle des produits !

 

  • Les dangers liés à l’irradiation des aliments

L’irradiation des aliments dégrade la qualité de ceux-ci notamment en détruisant les vitamines qu’ils contiennent et en faisant apparaître de nouveaux composés chimique dont certains sont cancérigènes. Malheureusement, voici une raison de plus pour manger naturel (Bio).

Ainsi l’ionisation peut détruire jusqu’à 80% de la vitamine A des œufs et 48% du Béta carotène du jus d’ Orane ! De plus l’ionisation des aliments peut faire apparaître dans ceux-ci des composés appelés cyclobutanones, qui sont des promoteurs du développement de cancers et causent des dommages génétiques chez le rat.

Chez l’homme on sait qu’il créent des dommages aux cellules et au gènes (cytotoxicité et géno-toxicité). D’autres composés tels les radicaux libres ou le benzène, le toluène … apparaissent lors de l’ionisation d’aliments (ces composés sont connus pour favoriser l’apparition de cancers, maladies cardio-vasculaires, …).

Une riche littérature scientifique illustre ces dangers. Pourtant la Commission européenne ou l’OMS (organisation mondiale de la santé) refusent toujours de prendre en compte ces dangers mis en évidence par ces études scientifiques. Pourquoi ?

La commission européenne refuse les conclusions d’une étude officielle européenne qui montre les dangers potentiels des aliments ionisés !

Une étude réalisée en 2002, par une équipe de chercheurs franco-allemands dans le cadre d’un programme de recherche interrégional de l’Union européenne a montré que certains cyclobutanones (les 2 alkylcyclobutanones) sont cytotoxiques, génotoxiques et sont des promoteurs du cancer du colon chez le rat.

Le comité scientifique de la nourriture (SCF : du service santé et protection du consommateur de la Commission européenne) a refusé ces conclusions alors que l’équipe de chercheurs qui a réalisé cette étude compte parmi les meilleurs spécialistes mondiaux !

Les chercheurs n’ont d’ailleurs pas tardé à réagir pour maintenir leurs conclusions.

 

  • Conclusion : l’irradiation ne se contente pas d’exterminer les germes indésirables, par la même occasion ils détruisent instantanément toutes les vitamines, les antioxydants, les enzymes, les acides gras, et dans le cas des viandes rouges, certains composants naturellement présents dans les fibres deviennent cancérigènes.

D’ailleurs, le professeur Samuel Epstein, de la faculté de médecine de l’Illinois, expert auprès de la FDA (Food and Drugs Administration), a bien tenté de soulever le problème, il n’a pas été entendu.

C’est que les industriels ne s’interessent pas à la prévention, ils préfèrent souvent (pour un moindre prix) payer les pots cassés.


  • Pourquoi l’irradiation à tout prix ?

Pour masquer de mauvaises pratiques en matière d’hygiène et ne pas inciter à accroître la propreté dans ce domaine

L’OMC (Organisation mondiale du commerce), presse l’Union européenne d’assouplir sa législation sur l’ionisation des aliments : elle y voit là un moyen d’accroître encore un peu plus la mondialisation des échanges commerciaux de nourriture au détriment des systèmes de production locaux durables et de petite taille, destabilisant encore davantage les marchés en concurrencant les productions locales avec des productions d’aliments en provenance des pays en voie de développement où les coûts de production sont très bas. Ces produits dénutris et sans fraîcheur pourront ensuite être revendus sur nos marchés !


  • Etiquetage absent ! pourquoi ?

Pourquoi n’est-il pas systématiquement indiqué que certains aliments sont irradiés ?

Pourquoi le logo RADURA , qui est censé figuré sur l’étiquetage n’apparaît-il jamais ?

La commission de l’environnement du Parlement européen avait indiquée que l’irradiation (ionisation) devrait être indiquée sur l’emballage des aliments concernés. Obligatoire depuis un décret du 8 mai 1970, ainsi que toutes les importations irradier depuis le 20 septembre 2000. En 1999, vingt mille tonnes de produits divers ont été irradiés. Lesquels exactement ? Bien malin qui pourrait le dire. Les entreprises et les distributeurs qui jouent la transparence ne sont pas nombreux.

C’est le cas de la société Euro-contact de Boulogne-sur-mer qui, depuis des années libelle ses étiquettes avec la mention produit traité par rayonnements ionisants, ce n’est pas du tout le cas en revanche, des producteurs de fromages frais distribués sur le marché français. Les viandes de volailles séparées mécaniquement, sont irradiées à raison de 6000 tonnes par an. On peut donc en conclure que la plupart des plats cuisinés à base de poulet sont irradiés.


  • France : Liste des aliments pouvant être irradiés

En France, les aliments suivants peuvent être soumis à un traitement par ionisation :

* les herbes aromatiques surgelées,
* les oignons,
* l’ail,
* l’échalote,
* les flocons et germes de céréales pour produits laitiers,
* les légumes et fruits secs,
* la farine de riz,
* la gomme arabique,
* la viande de volaille,
* les viandes de volaille séparées mécaniquement,
* les cuisses de grenouille congelées,
* le sang séché, le plasma, et coagulats,
* les crevettes congelées décortiquées ou étêtées,
* le blanc d’œuf,
* la caséine et les caséinates.

 

  • Quantités de denrées alimentaires (en tonnes) traitées par ionisation dans les unités d’irradiation agréées sur le territoire de l’Union européenne

 

 

  • Travailleurs et sécurité globale en danger

L’utilisation de l’ionisation des aliments n’est pas sans danger pour les travailleurs de ce secteur. De très nombreuses contaminations radioactives ont déjà eu lieu aux USA, en Italie, en Norvège, en Australie, …

De plus les sources de radioactivité sont très convoitées par des réseaux organisés afin d’être revendue sur le marché noir (chaque année, dans le monde se sont plus de 200 sources de radioactivités qui sont volées ! ).

Attention au terrorisme !

Bibliographie

(1) FDA Memorandum, from Kim Morehouse, Ph.D. to William Trotter. April 11, 2000. Voir aussi : Diehl J.F.  » Combined effects of irradiaton, storage and cooking on the vitamin E and vitamin B1 level of foods. » Presented at the 33 rd Annual Meeting of American Institute of Nutrition, 1969.

(2) Delincée, H. and Pool-zobel,B.  » Genotoxic properties of 2-dodecylcyclobutanone, a compound formed on irradiatio of food containing fat. » Radiation Physics and Chemstry, 52:39-42, 1998. (Co-sponsored by the International Consultative Group on Food Irradiation.)

(3) Un document de 6 pages réalisé par l’ONG américaine  » Public Citizen  » est disponible auprès du MDRGF sur simple demande par email à : courrier@mdrgf.org

(4) Burnouf D, Delincée H, Hartwig A, Marchioni E, Miesch M, Raul F, Werner D (2001). Ce projet a été aidé par l’union Européenne à travers le programme Upper Rhine Interreg II, par Aérial (strasbourg), le CNRS et l’université Louis Pasteur (Strasbourg). Projet Nº 3171.

• La bouffe d’égout, F. Perruca et G. Pouradier, ed. j’ai lu.

• Des poubelles dans nos assiettes, F. Perruca et G. Pouradier, ed. livre de poche.

• Que mangeons-nous vraiment ? Docteur Wolf, Otto, ed. les trois arches.
Sources :

http://www.bioweight.com/irradier.html

http://terresacree.org/

Wikipédia

http://www.ressources-qhse.org/index.php?title=Accueil

 

Posté par JSS pour Milli-terre.com

 

  • Passetec Passetec

    Communiqué OMS/68 19 septembre 1997 oui,oui,oui, 1997

    D’un point de vue strictement scientifique, il n’y a aucune raison d’imposer des limites à l’utilisation de doses de rayonnements supérieures à la dose de 10 kGy recommandée par la Commission du Codex Alimentarius pour l’ionisation (ou irradiation) des denrées alimentaires. En effet, cette technique est si sûre que tant que les qualités organoleptiques de l’aliment sont conservées et que les micro-organismes nuisibles sont détruits, la dose de rayonnement effectivement appliquée est secondaire. Telle est la principale conclusion d’une réunion d’une semaine sur l’irradiation à hautes doses organisée à Genève du 15 au 20 septembre 1997 par l’Organisation mondiale de la Santé, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA).

    • Lecteur

      Merci pour l’article, jamais entendu parler de ça!
      Fukushima leur permet d’avoir une excuse maintenant, et puis si je figurais parmis les scientifiques, je donnerais le nom des marques, pourquoi ne le font ils pas? Parce que là c’est impossible pour le consommateur de vérifier… Encore une bonne blague de la part de l’industries alimentaire, ils sont tordant n’est ce pas?!!

  • SuperBird

    Grandement Merci pour cet Article !!!!
    On voit bien l’imposture quotidienne du  » Tout Business,Tout Fric  »
    Quand on mange de la nourriture qui est irradiée , on mange des substances qui sont elles mêmes cancérigènes et qui vont entrer dans notre corps et s’y fixer définitivement , entrainant par leurs effets radioactifs des cassures et des modifications mutagènes de l’ADN de nos cellules qui devient ainsi de l’ADN cancéreux, à la réplication anarchique et totalement incontrôlable
    TOUS CES ALIMENTS IRRADIES SONT CANCÉRIGÈNE, QUELS QU’ILS SOIENT, ET CECI DE FAÇON CERTAINE !!!!
    Vous avez omis de mentionner les trop fameuses « Salades en sac plastiques prêtes à l’emploi » ,
    ces petits paquets de salades censés être si pratiques et que la plupart des femmes achètent en toute inconscience pour ne plus avoir à laver une salade , sont en fait irradiés au Césium 137 radioactif et ceci de façon certaine ,
    il y a environs 10 ans un reportage d’une association de consommateurs avait filmé ces salades sur un long tapis roulant situé chez le fabricant, et qui étaient en train d’être irradiées au Césium 137 radioactif,
    Césium 137 dont la 1/2 période est de 30 ans environs,
    en fait quand on absorbe ces salades on absorbe un produit radioactif qui se fixera dans nos tissus et nos cellules et mutera notre ADN de façon cancérigène .
    Merci de nous informer que les filets de poulets sont censées être radioactifs, j’en mange très souvent, et je me demande maintenant que j’ai reçu l’information grâce à votre site, ce qui risque de me pendre au nez un de ces matins ….,
    je ne verrai plus du tout les rayons des magasins de la même façon,
    mais personne, strictement personne, n’est informé nul part, alors que les pouvoir publics savent pertinemment bien tout ce qui s’effectue concrètement derrière le décor, dans les coulisses des industries de l’agro-alimentaire.

    • C’est la raison pour laquelle, tout ce qui n’est pas porté à la connaissance de la majorité des gens, pas tout le monde regarde les documentaires dédiés à la malbouffe! ou les sites qui dénoncent à longueur d’années ces magouilles! (les séries débilitantes, les feuilletons trentenaires ou les réalTV ayant de loin la priorité ;) sans oublier le sacro-saint foot! ) est publié pour information, ce qui n’empêche personne de fouiller encore plus loin, (avec le risque de ne se nourrir que d’eau fraiche polluée, d’air chargé en polluants divers et variés, reste l’amour mais là aussi sortez couverts! ;)
      On fonce droit dans le mur…..et les autruches sont légions!!

  • Pour éviter (pour le moment…) toute irradiation : CONSOMMER LOCAL !

    Je me permets de donner le lien du RÉSEAU SORTIR DU SUPERMARCHÉ 12 où nous expliquons en long en large et en travers comment et pourquoi consommer ailleurs et autrement !

    Avec les temps qui arrivent mieux vaut savoir s’alimenter sans compter sur la grande distribution, en plus de la question de la santé… Et donc au cours de cette émission nous expliquons tout en détail ^ ^

    Version courte mp3 :

    http://dl.free.fr/bqFZYQEAX

    Version longue en vidéo :

    http://sortirdusupermarche12.free-h.net/index.php?option=com_frontpage&Itemid=1

    Émission de Radio Ici & Maintenant animée par Alex et Christian Jacquiau –

    Intervenants au cours de l’émission :

    * Richard Marietta du Tarn, fondateur de Nature et Progrès
    * Hervé Legal, fondateur du GASE (Groupement d’Achat et Service Épicerie) en Bretagne
    * Annie, Joël et Moon du Réseau Sortir du Supermarché 12
    * Christian Roqueirol,éleveur de brebis et co-fondateur du magasin de producteurs « au marché paysan » à Millau

    Et toujours dans le même but, afin d’apprendre à se soigner le plus possible sans Big Pharma,
    je partage mon mémoire d’aromathérapie (approche simplifiée)
     » Mes Huiles Essentielles, ma Santé au Naturel  » à cette adresse :

    http://sortirdusupermarche12.free-h.net/index.php?option=com_content&task=view&id=495&Itemid=44

    Cela marche de manière incroyable, apprenez vite à utiliser les huiles essentielles et surtout faites du stock car elles seront prochainement interdites : trop efficaces et non brevetables puisque élaborées à partir de plantes simples !

    Bon courage & bonne santé à tous :-)

  • Dr.um

    Tu m’étonne ! Nous au moins on regarde le mur bien en face :p