« Tuons tous les Belges », propose un livre pour enfants américain

J’ai reçu (vouiii,) vous êtes à l’affut des news dont vous voudriez que nous parlions. Alors de quoi s’agit il?? rien de moins qu’un appel au meurtre, d’un auteur Américain, mais rassurez vous ce n’est que pour dénoncer la manipulation dont sont victimes les Américains et par là même toute la planète, en jouant sur le culte de la peur, en influençant les lecteurs dès leurs plus jeunes âges. Il suffit de se rendre sur le site WindShares pour s’en rendre compte :) A ne surtout pas prendre pour argent comptant! Après les Belges, les Suédois?? Voilà une preuve de ce qui peut circuler et être prit au sérieux, quand on gobe tout ce que l’on entend, sans se poser la moindre question. merci Christian.

Il faut se pincer pour le croire, et pourtant : dans «Let’s kill all the Belgians», l’auteur américain Danny Wind invite ses jeunes lecteurs à un génocide dont nous serions les victimes. Une satire, semble-t-il, mais de bien mauvais goût.

Ce n’est pas un bouquin, mais un appel au meurtre. Danny Wind, un jeune auteur américain de 28 ans, vient de publier un livre intitulé «Let’s kill all the Belgians». Littéralement : « Tuons tous les Belges». Le pire (parce qu’il y a pire) : ce livre est destiné… aux enfants, ainsi que l’indique son sous-titre, abominable lui aussi : «A child’s guide to génocide». Aux enfants ? Pas tout à fait puisque les rares sites internet qui le proposent à la vente le rangent, eux, dans la catégorie «satire», ou «humour illustré». Un humour de bien mauvais goût qui repose une double question : peut-on rire de tout ? Et si oui, comment ?

Nous voulons envahir les États-Unis

Mais que reproche Danny Wind à notre petit pays ? Essentiellement de ne posséder aucune identité propre : « Chacun peut citer une multitude de grandes réalisations musicales, artistiques ou architecturales en provenance de pays européens : la France, l’Allemagne, l’Espagne ou les Pays-Bas, avance-t-il dans le petit texte qui assure la promotion de son livre. Mais quoi à propos de la Belgique, et de ses dix millions d’habitants ? En quoi a-t-elle contribué à la culture mondiale ? Des gaufres floconneuses, quelques variétés de bière et du chocolat. »

Si on voulait entrer dans le débat, on ajouterait un certain don pour le surréalisme. Mais là aussi, Danny Wind est plus fort encore. Non content de moquer (c’est un euphémisme) notre apport culturel au monde, il croit savoir ce que font les Belges de leur temps : « Si la Belgique nous goinfre avec ses gaufres, c’est pour mieux cacher ses ambitions impérialistes : la Belgique construit une machine de guerre digne des armées d’Alexandre ou Gengis Khan. » Leur cible ? Les États-Unis, bien sûr : «L’Amérique est occupée au Moyen-Orient mais son véritable ennemi est plus proche, précise encore l’auteur. Ce manuel d’instruction apprendra aux enfants ce qu’est la menace belge, et comment la combattre tant qu’il est encore temps. »

« Les Belges veulent tuer votre papa et votre maman »

Rien que ça. Et pour faire passer ses idées nauséabondes, Wind ne lésine pas sur les moyens dans les pages de son livre : il parle et représente les Belges comme des «vampires», et annonce à ses petits lecteurs qu’ils veulent «envahir la Belgique, manger votre chiot, et tuer votre papa et votre maman.» Visuellement aussi, c’est choc et provoc : sur la carte de l’Europe qu’il a dessinée, les territoires voisins sont recouverts de smileys souriants là où la Belgique est couverte de têtes de morts et pointée d’une flèche stipulant: «Sent l’urine».

Affligeant, isn’t it ? Heureusement, c’est bien connu : les enfants américains ne savent pas lire. Tant qu’à être dans la satire…

source l’avenir.net

Avec Google translate vous pourrez comprendre! c’est dingue!! mais à prendre au dernier degré bien sur!

LET’S KILL ALL THE BELGIANS: A Child’s Guide to Genocide

Pg. 1: This is a Belgian. He would like to eat your brain.

(A fanged, clawed, vampiric creature in a beret glowers at the reader.)

Pg. 2: Belgians come from Belgium, a land of pure evil, like that place in “Lord of the Rings.” It smells like pee.

(A map of Europe. Friendly countries like the Netherlands or Germany are marked with smiley faces. Belgium is colored blood-red and is dotted with skull-and-crossbones emblems. The label “PEE SMELL” is scrawled next to the map, with an arrow pointing at Belgium.)

Pg. 3: If Belgians had the chance, they would take over America and kill your mommy and daddy. They would make you learn Belgian in school and eat waffles three meals a day. You probably think that sounds good, but, trust me, you would get sick of it real quick.

(The Belgian jabs a pointed stick at our protagonist, an eight-year-old boy named Billy. Billy, wearing a dunce cap, has a textbook labeled “BELGIAN” in one hand and a fork in the other, as he pokes at a huge stack of waffles. Behind him, Billy’s parents are being burned at the stake under a burning American flag.)

Pg. 4: If the Belgians came over to America, they would eat your puppy. If you don’t have a puppy, they would buy you one and then eat it. That’s how the Belgians roll.

(The Belgian drools over a plate carrying a puppy with X’s for eyes and its tongue hanging out.)

Pg. 5: Belgians are also responsible for Brussels sprouts. You hate Brussels sprouts, don’t you? Of course you do.

(Billy stares forlornly at an enormous pile of Brussels sprouts.)

Pg. 6: If you ever see a Belgian, you should run away and alert the nearest police officer or Dutchman.

(Billy flees in terror from the Belgian chasing him.)

But you probably won’t be able to find anyone, so you will have to kill him yourself.

Pg. 7: There are many ways to kill a Belgian. You can decapitate them.

(Billy severs the Belgian’s head with a battleaxe.)

Pg. 8: You can set them on fire.

(Billy lights the Belgian aflame with a flamethrower.)

Pg. 9: You can stab them in the heart with a crucifix.

(Billy plunges a sharpened crucifix into the Belgian’s chest. Blood sprays everywhere.)

Pg. 10: But I know what you’re thinking: “I’m just a little kid. And there are more than ten million Belgians. I can’t possibly kill them all myself.” And you’re right.

(Billy faces the reader, palms turned outward. He’s surrounded by question marks.)

Pg. 11: If America’s political leaders had any stones at all, they would kill every single Belgian by dropping nuclear bombs on them.

(Nuclear missiles rain onto a Belgian cityscape, with a flaming Belgian flag in the foreground.)

Pg. 12: But they won’t do it, because they are all pussies.

(On the floor of Congress, a group of cats in pinstriped suits groom themselves and play with balls of yarn.)

Pg. 13: But you can change their minds. Write a letter to your Congressman, and ask him not to let Belgians eat your puppy.

(An over-the-shoulder shot of Billy writing a letter, that consists only of two words: “NUKE BELGIUM”.)

Pg. 14: And take all the money you can find in Mommy and Daddy’s wallets and send it with the letter.

(Billy stuffs a wad of bills into an envelope labeled “WHITE HOUSE. »)

Politicians like money.

Pg. 15: Explain to your classmates about the Belgian threat, and tell them to do the same thing you did.

(Billy talks to a group of other kids on the playground. Two word balloons sprout from his mouth: one containing the Belgian flag with an “X” through it, the other containing the image of the rain of nukes. The other kids look concerned.)

Pg. 16: The politicans will find your arguments so persuasive that they will be convinced to do what must be done about Belgium.

(A politician opens an envelope to find a stack of bills, and his eyes turn to dollar signs. In the background, other politicians react the same way.)

Pg. 17: Belgium will be wiped from the face of the Earth.

(A group of smoldering skeletons in berets lie strewn about a post-apocalyptic hellscape.)

Remember: we can fight the Belgians over there, or we can fight them over here.

Pg. 18: Once we’ve killed all the Belgians, you can eat all the ice cream you want, and it will be Christmas every day. Except on your birthday, when it will be Double Christmas. That’s right, Double Christmas.

(Billy, wearing a party hat, eats bowl after bowl of ice cream. Behind him are three Christmas trees, with dozens of presents under each.)

Pg. 19: After all the Belgians are dead, then we can get to work on killing all the Swedes.

(The same picture of the nukes raining down on the city as before, but with a burning Swedish flag instead of the Belgian one.)

Don’t even get me started on the Swedes.

THE END

Source Wind shares.net

  • Joris

    ben, le journaliste dis bien que c’est une satire, mais que c’est déplacé, je voit pas ou est le mal

    • nucleargarden

      Adolf aussi, à certains moments, avait le sens de l’humour, hum, hum………

      • Pic et Puce

        L’humour, sur le dos de quelqu’un ce n’est jamais bon… Comme les Américains ne savent même pas situer la France sur un planisphère, il y a fort à parier qu’ils croient que la Belgique est un pays imaginaire…
        Le choc sera alors grand quand iles enfants américains découvriront, une fois arrivés à l’âge adulte, que ce pays existe…a moins qu’il ait disparu entre temps…Et il leur faudra une thérapie pour en guérir…comme ceux qui ont cru au Père Noël…

  • nucleargarden

    Oui, je pense que l’ont peut rire de tout, mais, ce ne me semble pas le cas ici, ça me fait penser aux débuts des années 30 lors du III° Reich et vis à vis de certains peuples, plutôt considérés comme indésirables et les cons du gouvernement transitoire belge, à la botte US, envoient leurs pauvres vieux F16 et déclare, sans raison, la guerre à la Libye, wait and see !!!!
    Les USA ont toujours eu pour habitude de détruire leurs « amis » pour pouvoir réinvestir en reconstruisant après, et leurs situations économique et financière étant au plus mal, il faut s’attendre à tout, on commence avec un livre adressé aux « petits bouts de choux » et puis la machine démarre et s’emballe !!! Attention DANGER !!!!

    • Il ne faut pas généraliser les élites US ne sont pas LES Américains (qui sont en train d’en baver!), pas plus que Sarko, quand il parle de LA France représente la majorité des Français, ceux qui sont en désaccord avec lui, ne le reconnaissent pas pour leur porte parole..
      C’est à cela qu’il faut faire attention, ne pas se laisser manipuler!

  • Non, arrêtez un peu là ^^
    Lisez réellement le livre et il n’y a rien de sérieux dedans ^^

    Moi je trouve ça réellement drôle, bon c’est tombé sur nous, bah logique aussi quoi, c’est pour bien montrer que c’est humoristique car un pays aussi petit que la Belgique ne sera jamais mettre à terre les Amériques, donc sa prouve que c’est de l’humour ^^

    • Tu as tout compris Aufray! bravo!!

    • nucleargarden

      Bien sûr, mais envoyer des militaires belges au « casse pipe », ce n’est plus de l’humour et cette forme de satire au XX° degré ne me dérange nullement, sauf qu’elle s’adresse à des gosses dont l’esprit est encore trop malléable, sinon, les belges sont assez cons pour se faire sauter tout seul, mouarf………

  • Malheureusement il n’y a pas que les Belges qui envoient des militaires au casse pipe (ce qui est leur métier quand même) En France nous ne sommes pas en reste.
    Personne n’apprend rien du passé, puisqu’ils réitèrent les mêmes erreurs encore et toujours!!!

    • nucleargarden

      Exact, mais nous sommes tous depuis tellement longtemps à la botte US que l’on ne s’en rend plus compte, Albert II et Sarko I°, deux vassaux des USA, ils n’arrêtent pas de dire amen et de lécher les bottes, la France et la ridicule Belgique par sa taille, sont deux pays dirigés par les USA, ils n’ont plus aucun pouvoir individuel, amen !!!…

  • andre

    Même si c’est un livre « humoristique », ce n’est pas drôle!
    La méchanceté et la bêtise humaine ne me fait pas rire

  • John May

    C’est vrai qu’on ne doit pas grand chose aux belges
    comparé aux américains à qui l’on doit à peu près tout ce qui va mal dans le monde.
    (sans vouloir accuser le peuple victime des ses dirigeants mafieux)
    Possiblement que dans ce cas-ci, l’humour serait un faux drapeau.
    Puisqu’on est dans la satire ;
    Les belges, si une armée d’enfants américains vous attaque,
    vous pourrez essayer de leur lancer des frites de Chimique Donald pour les amadouer.

    • Ou leur offrir du bon chocolat Belge, pour leur montrer un peu de douceur non frelaté! malgré le titre ce livre ne s’adresse pas aux enfants, mais tend à souligner, que le conditionnement commence dès le plus jeune âge ;) avec des assertions complètement loufoques, ça n’est que satyrique, et pour y voir de l’humour, il faut le voir en noir :)
      Complètement délirant, avec une extension chez nous aussi, car pour la manipulation des masses, les zélites sont reines!!
      Bhêêêê!!

  • Monimil

    les Belges sont quand même champions en BD

  • Monimil

    la Belgique est quand même le pays de la bande dessinée

  • Antoine

    Il faut bien sûr prendre le texte au 3ème degré voir plus, personnellement je le trouve fort amusant car absolument surréaliste, idiot, paradoxale, construit à partir de stéréotypes, de clichés, de mensonges et « de choses que tout le monde connaissait déjà à propos des Belges » (lol) pour aboutir à une conclusion on ne peut plus logique: les exterminer!

    Mais il est curieux que personne n’ait fait le rapprochement avec le proche/Moyen Orient? Il est clair que ce qu’a voulu dénoncer l’auteur de cet texte vraiment surréaliste (d’ailleurs combien de Zuniens sauraient placer la Belgique sur une carte? Et les French Fries finalement ce n’est pas Belge?) concerne la propagande nauséabonde et morbide envers certains peuples avec une propagande que l’on trouve rabâchée depuis dix ans dans tous les médias, la presse et lieux d’expressions.aux États-Unis d’Amérique. Vous pouvez malheureusement remplacer Belges par les ressortissants d’un pays du Proche/Moyen Orient (ou ceux d’une religion forcément sanguinaire et barbare puisque différente de la nôtre comme dirait Pic Puce…), ou pour faire plus directe vous pouvez mettre « Arabe » (comme autrefois « Communiste », better dead than red…) dans ce genre de texte et le publier cela passera très bien auprès de 90% de la population… le problème est qu’un tel texte est déjà ancré au font du subconscient du Zunien moyen et mis en application sans complexe ni état d’âme depuis un bon moment.

  • junior

    Dans les premiers numéros de notre FRATER NEWS, en 1983, retentissait un fameux cocorico belge. En effet, plusieurs articles ont parlé de dizaines de grands noms – depuis le XIVe siècle – ayant illustré le savoir-faire des Belges, célèbres dans les cinq continents. Ceux-ci ont laissé leur nom en Chine, aux Indes, en Afrique, aux pôles et en Amérique, où des villes portent leur nom ou du moins, leur ont érigé des statues rappelant qu’ils étaient Belges (ceci, bien avant l’indépendance de notre pays et quelle que soit la nationalité qui nous couvrait).

    En voici quelques autres, ainsi que quelques inventions bien belges que certains pays, dits amis, s’attribuent avec une superbe désinvolture… (suivez mon regard).

    Les tramways électriques sont belges et la perche à trolley a été inventée par Charles Van de Poele, né à Lichtervelde, près de Roulers en 1846. Parfaitement inconnu chez nous, il a son buste exposé à Boston.

    Edouard Empain a installé ses trams au Caire, en Astrakan, en Chine, etc. Quant aux trams souterrains – les métropolitains – c’est toujours Empain qui les inventa, en commençant par celui de Paris en 1897, un projet très controversé par les Parisiens. Il fallut de l’argent belge pour que débutent ces immenses travaux (au temps des pelles et des pioches). En Belgique, 100.000 actions de 250 Frs furent rapidement souscrites et c’est seulement l’année suivante que les « boursicoteurs » du Palais Brongniart s’y intéressèrent, alors que le titre valait 580 Fr. Edouard Empain était Belge, né à Beloeil en 1852 et anobli par Léopold II, il est inhumé à Héliopolis, une cité ultramoderne qu’il a conçue en 1905, dans la banlieue du Caire.

    Nos « chicons » qui sont « endives » à Paris et « French White » aux USA ( 900 F/Kg ) sont brabançons et ont près de 200 ans. Dès la première moitié du XIXe siècle, les racines sont cultivées au nord de Bruxelles. D’abord breuvage, Brégier, chef de culture au Jardin Botanique de Bruxelles, en fit le witloof que nous connaissons. En 1867, le chicon apparut pour la première fois sur un marché à Bruxelles et en 1872, il prit le chemin de Paris où il devint endive, alors que nos endives chez eux s’appellent… scaroles ! Tant qu’on est dans les légumes… le chou de Bruxelles lui, est né chez les maraîchers de St Gilles, d’un croisement entre le brocoli et le chou vert. C’était en 1550, dans ce hameau hors murs de Bruxelles.

    Passons au cinéma.

    Hollywood devint « La Mecque » du cinéma grâce à deux Belges: Étienne Robert né à Liège en 1763 et Joseph Plateau né à Bruxelles en 1801. Voyons le cheminement de cette invention.

    De 1787 à 1789, Robert fait des expériences sur l’électricité et produit des effets « magiques » qui font apparaître des fantômes et des figures étranges grâce à des combinaisons d’optiques et de miroirs. Pour faire plus vrai, Robert change son nom en Robertson et organise à Paris des séances de « Fantascope », de « Noctographe » et de « Phanorgamon ». Enfin, avec Volta, l’inventeur de la pile voltaïque, il démontre devant Napoléon, l’identité du galvanisme et de l’électricité.

    Plateau, quant à lui, compléta ces inventions en y ajoutant un matériel produisant l’arrêt séquentiel du déroulement du film donnant la synthèse du mouvement sur laquelle est fondé le principe même du cinéma. Le Phénakistiscope est né (1832). Plus tard, les frères Lumière récupérèrent et perfectionnèrent toutes ces inventions éparses (aussi celles de E. Reynaud et Edison) et le cinéma vit sa première projection publique à Paris en 1895. Les deux précurseurs n’étaient plus.

    L’hiver 1990 – 1991, Yves St Laurent relança une ancienne mode, après Chanel d’ailleurs, qui l’imposa en 1920. Il s’agit du Duffel-coat que personne ne peut ignorer, du moins ceux qui ont combattu en 44 – 45 et ceux qui ont vu les officiers supérieurs alliés bien au chaud dans ce vêtement typique. Il date du Moyen Âge et provient de Duffel, proche de Malines, où 10.000 tisserands fabriquaient une étoffe de laine célèbre pour sa chaleur, sa solidité et sa finition. Les marchands brabançons, l’introduisirent en Angleterre où la fabrication s’intensifia et le Duffel-coat devint le manteau typique des pêcheurs, des marins et des jeunes élégantes de 1990.

    Et les B.D. (Angoulême et le reste… ), elles sont belges depuis plus de 100 ans (bien avant les Américains), mais ne représentaient pour les gens dits cultivés, qu’un agréable passe-temps tout juste bon pour les incultes.

    Dire que la docte Valérie-Anne Giscard d’Estaing, dans son « Livre Mondial des Inventions » attribue l’invention du moteur à explosion au Français Étienne Lenoir de… Mussy-la-Ville près d’Arlon.
    Or « Le Monde » daté du 16 juin 1860 décrit « l’extraordinaire voyage effectué par un Belge entre Paris et Joinville aux commandes d’un lourd tombereau à 3 roues » (ignorance ou mauvaise foi ?). Larousse a bonne mine, quand il veut nous apprendre que Delmare-Debouteville fut le premier automobiliste en 1883, soit 25 ans après Lenoir.

    Restons dans le domaine de l’automobile.
    Au début 1900, cet engin nouveau fut perfectionné à force d’expériences dans des courses automobiles qui ont tué beaucoup de téméraires.
    Le baron Camille Jenatzy, né à Bruxelles en 1868, fut le premier à franchir la barre des 100 km/h au volant de sa « Jamais Contente ».
    Et les ponts De Dion, et les barres stabilisatrices que l’on retrouve dans les voitures actuelles. De Dion est oublié dans le Petit Larousse, peut-être parce qu’il était Brabançon.

    Valérie-Anne Giscard d’Estaing accepte tout de même de reconnaître que le Dinantais Adolphe Sax a inventé l’instrument qui a donné sa noblesse au Jazz mondial. Ce fut une clarinette en bois à 24 clefs qui le mit sur le chemin de sa prodigieuse invention.

    Il y a peu, Alfons Vandoninck, un jeune chimiste anversois, effectuait des recherches de plantes médicinales en France. Il en revint avec un fabuleux lait anti-moustiques, qui trois ans après, est utilisé dans le monde entier. Son usine est installée dans le Limbourg.

    En 1978, Jean-Luc Fondu, dépose un brevet pour un système électrique simple: des connecteurs ne demandant aucun outil. Une coopérative s’organise d’urgence, des plagiats grossiers ayant été trouvés de l’autre côté de la frontière. Et c’est la réussite.

    Et Blériot, qui soi-disant inventa le char à voile en 1911 ? Il avait chipé l’idée à Benjamin, André et François Dumont, fils d’un architecte de La Panne, qui, dès 1898 faisaient rouler leur engin bien entoilé. D’ailleurs, ils n’avaient fait que construire en léger une idée d’un mathématicien brugeois, Simon Stevin, dont les énormes chars propulsés par le vent, servirent de transports de troupes lors de la bataille de Nieuport en 1595.

    Et ce ne sont pas les Britanniques ni les Français qui ont inventé le patin à roulettes. Tout au plus l’ont-ils perfectionné en doublant le nombre de roues, car Joseph Merlin, un luthier belge, a fait une démonstration de ces engins à deux roues par pied, à Londres en 1760.

    Si l’écriture date de millénaires, l’imprimerie date du XVIe siècle et c’est l’Anversois Christophe Plantin (d’accord, il est né à Tours en 1520… de parents belges), qui grava les premiers caractères et construisit la première machine pour éditer sa « Biblia Poliglotta » en 1572.

    On continue, si vous le voulez bien.

    Les anciens volontaires de guerre 44 – 45, pour confirmer les 3 sardines gagnées à la libération de notre pays, ont dû passer six mois à l’E.S.O., sous les ordres du Colonel Baekeland… le petit-fils de Léo Baekeland – savant « américain » – qui fit fortune avec la bakélite. Il est né à Lathem-St-Martin en 1863 et à 21 ans est diplômé en Sciences de l’Université de Gand, mais que faire sans fortune en Belgique ? Il émigre aux États-Unis et engagé dans un laboratoire photographique, met au point un nouveau papier sensible qu’il baptise « Velox » (1898). Georges Eadtman (Kodak) lui en offre un million de dollars.
    C’est avec ce pactole (1899) que Léo Baekeland rentre au pays et fier de sa réussite, il veut offrir à ses amis gantois une somptueuse réception au Grand Hôtel de la Poste, mais la bonne société boude cette démonstration de nouveau riche. Ulcéré, le savant jure de ne plus jamais remettre les pieds au pays. Rentré aux USA, à Yonkers, il emploie son argent pour construire un laboratoire moderne et recruter des aides compétents, dont un Belge: Désiré Mathys.
    Et en 1919, l’oxybenzulméthylenglycolanhydride (ouf) est né, dont la formule est: C42 H42 09 ou plus simple, la bakélite. L’ère des plastiques est née. Les suivants ne feront que perfectionner cette substance moulable, infusible et isolante. Après avoir fondé son empire, la « Bakélite Corporation », Léo Baekeland meurt le 23 février 1944, un an après son épouse, célèbre en Amérique et oublié dans son pays natal.

    Y en a-t-il encore de ces cerveaux belges que l’étranger honore (et annexe) et dont vous aurez peut-être appris l’existence par cet article ?

    Ferdinand Verbiest, conseiller et astronome de l’Empereur de Chine, adapta au 17e siècle le calendrier chinois.

    Jean-Jacques Dony découvre en 1659, le procédé de fusion du zinc.

    Georges Nagelmackers crée en 1876, les Wagons-lits, l’Orient Express et le Transsibérien.

    Ovide Decroly (1871 – 1932). Pédagogue réputé dans le monde entier. Initiateur des réformes de l’enseignement de 1936 et 1958.

    Cuisenaire – 1891 – apprentissage du calcul encore employé dans les écoles primaires.

    Adrien de Gerlache, qui en 1898 réalisa le premier hivernage en Antarctique.

    Jules Bordet qui établit le rôle des anticorps et découvre les microbes responsables de la diphtérie et de la coqueluche.

    Corneille J.-F. Heymans et sa régulation de la respiration utilisée en astronautique.

    Jean Capart, célèbre égyptologue qui a publié d’importants ouvrages sur l’art égyptien (Toutankhamon).

    Louis Hennepin qui a découvert le Mississippi, dont une avenue de Minneapolis porte le nom et où il a sa statue.

    Etc. etc. et, en parcourant l’Histoire du Monde, combien de Belges ont conquis la gloire loin de leur pays, discrètement, sans guerre ni sang, alors que d’autres nations d’Europe entretiennent à grands frais des cathédrales à la gloire de leurs soldats, envahisseurs de contrées riches mais pacifiques, qu’elles ont dominées jusqu’il y a peu.

    Voila pour ce monsieur ignare ;).

    • Moi je connais les talents inventifs de nos amis Belges, quand aux Américains, ils ne savent même pas mettre la France à sa place sur une carte………… ;) mais je dois dire à la décharge de l’auteur, qu’il aurait tout aussi bien pu citer, les Polonais, les Zoulous ou les Pygmées, il n’a rien à reprocher aux Belges, il ne les connait certainement pas, mais il lui fallait bien illustrer ses propos de manipulation!
      Merci pour la liste des Savants Belges ;) ils méritent largement d’être mis à l’honneur!

  • Alexis

    Cela date de juin 2007…..le pouvoir de la presse…des médias…grandiose :((((

    • Vu les réactions il y en a qui ne connaissait pas, et c’est aussi de l’info de faire remonter à la surface ce qui à été dit ou écrit, 4 ans en arrière ce n’est pas si vieux!
      Tu n’ as pas d’avis sur Socrate, Platon, Sophocle, Descartes? c’est trop vieux et ringard et doit être oublié?
      Il ne faut pas se gaver de ce qui ce dit au jour le jour, c’est en regardant AVANT qu’on voit ce qui a permis
      la situation telle quelle est! et là tu seras j’espère d’accord, ce n’est pas brillant. ;)

    • John May

      Personne ne pourrait se vanter d’avoir eu conscience de chaque parcelle de stupidité du grand torrent d’imbécilités émanant des États-Unis durant l’année 2007…
      Est-ce qu’un japonais aurait pu voir chaque goutte d’eau du tsunami qui les a dévasté? …je crois pas.
      Personnellement j’avais jamais entendu parlé de cette fausse couche littéraire avant cet article.
      Même en passant nos journées à s’informer, on ne pourrait jamais tout savoir.

  • Philippe

    Comment endoctriner toute une jeunesse…un certain allemand commencé comme cela et à finit par causer la mort de 60 millions de personnes…Honte à l’auteur !!!! Même si c’est de « l’humour » ,faut vraiment être malade pour écrire ce genre de monstruosités

    • Pic et Puce

      L’Allemand né Autrichien dont tu parles…est, je suppose, Adolph Hitler. Si nous sommes bien d’accord pour dire que c’était une sorte de génie du mal, je ne mettrai pas uniquement sur son dos, la mort des dizaines de millions de morts dont tu parles….mais sur le dos des mêmes familles de banquiers qui ont financé toutes les filières de production d’armes qui alimentaient tous les fronts….et sur le dos des organisations occultes qui ont fabriqué les idélologies millénaristes et les gourous qui vont avec…( le Reich de 1000 ans…)
      De cela, les livres d’histoires n’en parlent pas…

      • Pic et Puce

        Ces gens-là n’étaient pas au tribunal de Nuremberg…mais auraient dû y comparaître en tant qu’instigateurs des événements que tu évoques.

      • Philippe

        En effet, la guerre est le plus noir des business avec lequel des gens s’amassent des fortunes.
        Parmi ceux-là un dénommé Oskar Schindler qui à débuté par l’exploitation de prisonniers et finit par devenir un véritable héro en sauvant plus de 1100 personnes d’une mort certaine en « achetant » leur liberté.

        Bref, pour revenir à ce torchon qu’à écrit ce Monsieur Danny Wind, cela devrait etre condamné par la justice, car au delà d’un pseudo roman humoristique destiné aux enfants se cache sans nulle doute une réelle dénigration de notre peuple.
        Ce Monsieur ne sait certainement pas que les belges sont gaulois, tout comme les francais qu’il cite etre bien

        Et puis un certain Jules à cité : « Horum omnium fortissimi sunt Belgae » (de tous les peuples de la gaule les belges sont les plus braves).

  • cha57

    De l’humour noir ,un auteur ça ??? plutôt un fouteur de merde!! pour un écrivain pas bien intelligent .

  • John May

    On autorise ce genre de racisme,
    mais quand Dieudonné dit la vérité sur le sionisme, là ça devient très grave.
    Parler du sionisme est presque perçut comme un acte de guerre.
    Par contre, une invitation à exterminer le peuple belge, c’est juste une farce.

  • John May

    Imaginons l’inverse :
    Un belge nous sort un livre intitulé  » Tuons tous les américains  » …
    Ce belge serait un dangereux terroriste et il serait bon pour Guantanamo.
    Je ne pense pas qu’ils prendraient ça comme de l’humour.

  • Pic et Puce

    Et bien ça c’est bien envoyé ! Bravo !