Une décharge en mer en train de se former après le tsunami au Japon

Ce n’est plus des océans mais des poubelles à ciel ouvert que nous allons avoir de plus, avec l’eau radioactive rejetée par TEPCO, le bouillon va être hautement mortel pour la faune et la flore marine.

 

L'association Robin des Bois a calculé, en fonction des courants marins, les zones où vont s'accumuler les déchets emportés par le Tsunami DR/ROBIN DES BOIS

L’Association Robin des Bois lance un appel international pour la prise en charge des millions de tonnes de déchets partis en mer après le tsunami au Japon…

Une «gigantesque décharge en mer». L’Association Robin des Bois alerte sur une autre conséquence du tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars dernier, et passé sous silence jusqu’alors: l’accumulation de déchets en mer. Tout le monde garde en mémoire ces voitures, camions, voire bateaux emportés par la vague gigantesque. Fracassé par la violence du tsunami, tout ce matériel arraché à la terre s’est retrouvé en débris dans la mer, et est entré «dans un infernal cercle océanique, la boucle du Pacifique Nord, dont le tour complet se fait en dix ans» estime l’association.


«Avions, bateaux, voitures et réservoirs vont progressivement rejeter en mer les hydrocarbures et autres liquides toxiques, fûts, jerrycans, bombes d’aérosol épandant dans l’océan des solvants, des acides, des pesticides, des médicaments, des bois traités (…) Les risques de collision entre des gros déchets, conteneurs maritimes et troncs d’arbres, et les navires de surface et les sous-marins ne sont pas négligeables» alerte encore l’association. A titre d’exemple elle rappelle que «après le typhon Morakot qui a dévasté Taiwan en 2009, 170.000 tonnes de bois ont été récupérés dans les eaux territoriales du Sud du Japon, mais la majorité des bois flottés ont été pris en charge par les courants trans-Pacifique.»

Ces déchets leurrent les oiseaux et les poissons et rentrent dans leurs régimes alimentaires…

Impossible de chiffrer la quantité de déchets embarqués en mer, mais Robin des Bois rappelle que la catastrophe a laissé environ 25 millions de tonnes de détritus sur terre, et que la vague est entrée jusqu’à 10 kilomètres à l’intérieur des terres et a submergé au moins 500 km2.

L’association a estimé le trajet probable de ces déchets. «Ils seront en partie captés et piégés par un courant circulaire et formeront l’Eastern Garbage Patch, une zone d’accumulation où la densité de déchets est élevée. Les déchets les plus légers propulsés par les courants, les vents et les vagues sont attendus le printemps prochain sur les plages au Nord de l’archipel d’Hawaï ; les bouteilles vides en plastique seront les premières avec d’autres emballages alimentaires.»

Certains de ces déchets sont particulièrement dangereux, comme les appareils électriques et électroniques qui relarguent en mer des polluants persistants (PCB, composés bromés…) Le danger principal de la majeure partie de ces détritus est qu’ils «leurrent les oiseaux, les poissons, les mammifères marins et les tortues, et rentrent à leur dépens dans leurs régimes alimentaires, provoquent des occlusions, des étouffements…»

Robin des Bois demande à la communauté internationale de se saisir du sujet.

Mickaël Bosredon

source 20minutes

  • C’est très bien de dénoncer la pollution mais revendiquer une pseudo étude suite au « tsunami » et à la catastrophe nucléaire qui ferait que deux nappes de déchets s’étendraient dans l’océan pacifique. Il faut rendre à César ce qui appartient à César, C’est Curtis Ebbes­meyer, océanographe, qui a été parmi les premiers à s’intéresser aux étranges parcours des déchets en mer et à parler de « greatgarbagepatch » (la grande plaque de déchets).
    Que tout lemonde enparle, c’est tant mieux! un site pour se faire une petite idée de la transmission des déchets plasqtics dans la chaine alimentaire, parait-il qu’il y a plus de particules de plastics dans l’océan que de planctons.
    Un lien: http://www.greatgarbagepatch.org/ une fois sur cette vidéo une multitude d’autres vidéos permettent de cerner ce problème. En aparté qu’en est-il des déchets satellitaires en apesanteur autour de la planète?

  • Il y a longtemps que je suis sur le sujet, et je recherche les images et les sujets d’il y a 2 ou 3 ans pour compléter cet article. Bien sur que ce n’est pas nouveau, mais avec le désastre Japonais ça prend de l’ampleur!
    J’avais vu l’image des déchets des satellites, elle doivent être facile à retrouver, ça montrera que pas seulement le sol est pollué, le ciel aussi et d’après mes souvenirs ce qui flotte tout là haut est vraiment immense!!
    Merci Obi, c’est vrai qu’un article isolé n’a pas autant d’impact que s’il est relié dans le temps, avec les études faites.

  • candide

    Il est dit que c’est ici un nouveau continent fait d’ordures. Je me sens impuissante face à tout ça.

  • @candide, http://plastic-planet.fr/, sur ce site tu peux prendre conscience de la problématique. Tout ce qu’il est possible de faire pour le moment c’est d’en parler à force il sera peut-être possible de dégoûter tout le monde.
    Déjà si tu fais circuler ce teaser autour de toi, c’est déjà bien regarde: http://www.imdb.com/video/screenplay/vi2258081817/

  • Un autre aspect auquel je n’avais pas pensé, merci de nous informer !