Aide médicale d’Etat: un rapport parlementaire plaide pour son maintien

Alors qu’une partie des français ont abandonnée l’idée même de se faire soigner, l’AME permet à des personnes n’ayant pas la nationalité française de bénéficier de soins de santé sans trop de difficulté. Les contribuables qui n’ont pas les moyens de voir un toubib vont surement être ravis de savoir qu’ils payent pour que d’autres se fassent soigner gratuitement…

Souvent sujet de polémiques, le principe de l’Aide médicale d’Etat (AME) pour les sans-papiers à faibles ressources, doit être maintenu même s’il y a lieu de réformer la gestion de ce dispositif, affirme jeudi un rapport parlementaire.

Claude Goasguen répond à des journalistes, le 28 septembre 2010

Dans leurs recommandations communes, Claude Goasguen (UMP) et Christophe Sirugue (SRC), les deux co-rapporteurs désignés pour évaluer le dispositif, préconisent de préserver l’AME et de faire des réformes de gestion.

Le dispositif, crée en 2000 pour assurer une couverture médicale gratuite aux sans-papiers n’ayant que de faibles ressources, a bénéficié à 227.000 personnes en 2011. Le montant de ces prestations garanties par l’Etat à l’assurance maladie a été budgétisé pour 588 millions d’euros en 2011 (contre 75 millions dans le budget 2000).

Récusant certaines accusations de l’extrême-droite, voire d’une partie de la droite, le rapport note qu’il n’y a pas d' »explosion » de la consommation médicale ni de « fraude caractérisée ».

« Nous avons fait ce rapport pour calmer les rumeurs », a déclaré Claude Goasguen devant la presse.

« Loin d’être un problème de fraude, l’AME a un problème de gestion », a-t-il noté, soulignant que les deux facteurs qui expliquent la hausse de la dépense sont l’évolution du nombre des bénéficiaires (+185% depuis 2000) et les conditions de la facturation hospitalière.

Là encore, tordant le cou à une idée reçue, les deux députés ont souligné que sur les 227.000 bénéficiaires, 81% sont des personnes seules et que moins de 5% ont deux ayants droit ou plus.

Lors de la dernière loi de finances, les députés de droite avaient voté un droit d’entrée de 30 euros, une mesure dénoncée par les associations défendant les droits des étrangers.

Si Claude Goasguen approuve cette mesure « symbolique », qui « montre que chacun participe à la santé de tous », Christophe Sirugue y est hostile, « parce qu’elle est un frein à l’accès aux soins ». Les deux députés ont du reste souligné que la mise en place de ce « droit de timbre » risquait de coûter plus cher que ce qu’il allait rapporter.

Dans leur rapport remis au Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques, les députés soulignent que « des considérations humanitaires, comme les impératifs de politique de santé publique, imposent le maintien de l’accès aux soins ». Ils relèvent que les coûts de l’AME, « bien qu’en hausse », « ne suffisent pas à motiver une suppression dont les conséquences sanitaires et financières pourraient être contre-productives ».

Pour 2011, les dépenses de l’AME devraient s’établir à 640 millions d’euros et les deux députés ont appelé à « une budgétisation correcte ».

La majeure partie de la dépense est constituée par les dépenses hospitalières « concentrées sur un petit nombre de personnes ». Le rapport relève une forte concentration géographique des bénéficiaires et des dépenses : surtout à Paris, en Seine-St-Denis, Val-de-Marne et Guyane.

Parmi les recommandations communes, les deux députés souhaitent la mise en place de visites médicales de prévention à l’entrée du dispositif.

Source: news.fr.msn.com

3 commentaires

  • Alti

    Attention, l’AME est bien plus scandaleuse que ça.

    Elle permet à un clandestin, donc à une personne en situation irrégulière n’ayant rien à faire en France, d’être mieux soigné qu’un français ou immigré étant dans les règles !

    Nous marchons vraiment sur la tête dans ce pays, un clandestin a plus de droit qu’un citoyen, c’est symptomatique d’un pays en décomposition complète et n’ayant plus aucun sens moral.

  • Eurydice34

    Mieux soignés? C’est vite dit ! Ils ont droit aux mêmes soins . Et les gens qui ne se « soignent pas » en France sont principalement des gens qui ne vont pas voir le dentiste et l’ophtalmo . Avec ou sans argent, vous allez aux urgences ( en acceptant que ça puisse mettre 5h au lieu d’une demi heure d’attente ) et vous serez soigné dans les mêmes conditions que n’importe qui, et même redirigés vers une assistante sociale qui vous aidera pour l’administratif . Mais c’est le problème actuel, beaucoup de sdf, familles sans revenus ( de tous les horizons ) et autres personnes du coup viennent en consultations aux urgences qui sont parfois débordées pour de la bobologie et doivent trier par ordre de gravité et non d’arrivée, ce qui crée des situations tendues parfois . Si les médecins traitants en prenaient une partie, ça soulagerait le système.
    Les soins devraient être pour tous , tout le monde devrait y avoir droit, on parle de la vie quand même .

  • Alti

    Un français doit cotiser et/ou verser une cotisation annuelle de 200€ s’il est étudiant pour avoir droit au régime général de la sécurité sociale.

    Un clandestin, qui ne devrait avoir pour seul avenir que l’expulsion, a de son côté droit au régime général sans rien payer… Il y a également beaucoup d’abus comme par exemple la prise en charge par l’AME de l’aide à la conception.

    Si le clandestin a la bonne idée de vouloir se régulariser, on lui ouvre de facto (et avant même que la décision soit prise) la CMU, ce qui lui permet de se faire gratuitement des prothèses dentaires ou des lunettes.

    C’est profondément injuste et il n’y a qu’en France qu’on peut voir ça… les français payent pour que des étrangers viennent les spoiler alors même que leurs droits ne cessent de diminuer.

    Vive la France :beurk: