Fukushima le 5 et 6 juin

Pas d’amélioration pour la centrale, toujours des mensonges……..

– 6 juin 2011: La pression dans la cuve du réacteur 1 est proche de la pression atmosphérique. TEPCO a installé une nouvelle jauge de pression dans le réacteur 1le 4 juin. Les anciennes mesures étaient toutes fausses mais ont permis, pendant deux mois, à TEPCO de continuer à inonder le public et la presse de leurs mensonges.

– 5 juin 2011: Plume radioactive sur Tokyo le 15 mars. Le gouvernement Japonais vient juste de publier des tableaux sans en avertir la presse et sans commentaires. On se rappellera que Hiroaki Koide, de l’Université de Kyodo, a témoigné devant la Chambre Haute le 25 mai qe ses supérieurs l’avaient instamment prié de ne pas divulguer les simulations de radiations sur Tokyo le 15 mars, à savoir le lendemain de l’explosion du réacteur 3 au MOX. Les graphiques publiés concernant la concentration en surface du Krypton 85.


– 5 juin 2011: Traces de plutonium à l’extérieur de la centrale de Fukushima. Le 21 avril, des échantillons de sol prélevés là où il avait été retrouvé un morceau de barre de combustible (à 1 km 700 de la centrale nucléaire, à l’ouest du portail central) ont mis en valeur la présence de 3 types de plutonium. Le taux de plutonium 239 et 240 était de 0.078 becquerels par kilo de sol, ce qui est proche du niveau libéré par une explosion atomique, dans l’atmosphère, qualifiée avec euphémisme d’essai atomique. Les analyses ont été effectuées par le Professeur Masayoshi Yamamoto et d’autres chercheurs de l’Université de Kanazawa.

– 5 juin 2011: Radioactivité des débris à Fukushima. Un débris de béton à l’ouest du réacteur 3 mesure 950 millisieverts/heure. Un autre est à 550 millisieverts/heure à l’ouest du réacteur 2. Ce qui veut dire qu’un travailleur du nucléaire en France épuiserait en 2 minutes sa dose admissible (très élevée déjà) de 20 millisieverts/année s’il travaillait sur le lieu.

– 5 juin 2011: Transcription de l’excellent interview d’Arnie Gundersen par Chris Martenson. Arnie fait le point, de manière extensive, sur l’état de la situation à Fukushima. Pour les anglophones. Il semblerait que le blog Bistro Bar soit en train de préparer la traduction de la seconde partie de ce long interview. En tout cas, Arnie Gundersen est formel quant à l’extrême danger représenté par le réacteur 4 à Fukushima. Son conseil à tous les habitants de Tokyo, si le réacteur 4 s’effondre, « courez très vite si vous le pouvez ».

Source: KOKOPELLI

Fukushima: l’action Tepco chute de 24% à mi-séance à Tokyo, peur de pertes

TOKYO – L’action de la compagnie d’électricité Tepco, gestionnaire de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (nord-est du Japon), a plongé lundi de près de 24% à la mi-séance de la Bourse de Tokyo, minée par des informations de presse faisant état de nouvelles pertes massives.

A la pause de 11H00 (02H00 GMT), le titre de Tokyo Electric Power (Tepco) valait 218 yens (-23,77%). En cours de séance, il est tombé à son plancher autorisé pour la journée (206 yens, -28%), avant de se reprendre légèrement.

Les investisseurs vendaient massivement le titre sur la foi d’un article de l’agence de presse Kyodo, dimanche, affirmant que l’entreprise pourrait enregistrer une perte nette de 570 milliards de yens lors de l’année budgétaire d’avril 2011 à mars 2012 (4,9 milliards d’euros au cours actuel), sans compter les indemnisations dues aux victimes de l’accident nucléaire.

Tepco a répondu que ces chiffres n’avaient rien d’officiel et ajouté qu’elle n’envisageait pas de publier de prévisions financières pour l’année en cours dans l’immédiat.

Le président de la Bourse de Tokyo, Atsushi Saito, a déclaré de son côté que l’entreprise devrait passer par une phase de redressement judiciaire pour se relancer, à la manière de la compagnie aérienne Japan Airlines.

Ces informations ont renforcé l’inquiétude des opérateurs quant à l’avenir de l’entreprise, d’autant qu’un plan de soutien dévoilé mi-mai par le gouvernement de centre-gauche pourrait être remis en cause en cas de démission du Premier ministre, Naoto Kan, impopulaire et fragilisé.

Il est très difficile d’estimer quelle sera la perte nette finale cette année, car le montant des compensations n’a pas encore été calculé, bien qu’il pourrait s’élever à plusieurs dizaines de milliards d’euros, a expliqué Hiroaki Osakabe, de Chibagin Asset Management, cité par Dow Jones Newswires.

Les acteurs du marché commencent à intégrer le fait que la totalité des avoirs de Tepco pourrait être engloutie, a-t-il ajouté.

Au terme de l’exercice d’avril 2010 à mars 2011, Tepco a affiché un déficit net de 1.247,35 milliards de yens (10,9 milliards d’euros), le pire jamais enregistré par un groupe japonais non financier.

Selon Kyodo, citant un document interne à l’entreprise, la facture d’hydrocarbures de Tepco devrait notamment grimper de 830 milliards de yens lors de l’année budgétaire en cours, à cause de l’augmentation de la production de ses centrales thermiques rendue nécessaire par l’arrêt d’une quinzaine de réacteurs.

La compagnie pourrait se retrouver avec une trésorerie limitée à 100 milliards de yens en fin d’exercice en mars 2012, contre 2.100 milliards de yens en début d’année budgétaire, ce qui pourrait l’obliger à emprunter davantage aux banques et à solliciter davantage l’aide publique.

La note de la dette à long terme de Tepco a été reléguée il y a une semaine en catégorie spéculative par l’agence de notation financière Standard & Poor’s, rendant plus difficile la capacité de la firme à lever des fonds sur le marché obligataire.

L’action de la première compagnie d’électricité du Japon n’a jamais coté aussi bas. Elle a perdu 90% de sa valeur depuis le 11 mars, jour du tsunami qui a dévasté le nord-est de l’archipel et entraîné des explosions et fuites radioactives dans sa centrale nucléaire Fukushima Daiichi, située à 220 km de Tokyo.

L’accident, le pire du nucléaire civil depuis Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a provoqué l’évacuation de quelque 80.000 habitants des environs.

Tepco espère abaisser la température des réacteurs endommagés sous la barre des 100 degrés Celsius (cold shutdown) d’ici à janvier 2012, mais sa tâche est compliquée par la présence de quantités massives d’eau fortement radioactive sur le site.

TOKYO ELECTRIC POWER
(©AFP / 06 juin 2011 05h00)

source romandie.com

  • – Wall Street Journal : Le Devenir du JAPON – Ichiro OZAWA N°2 Politique Japonais :
    « Le Gouvernement ne dit pas la Vérité sur la gravité de la Situation ».
    – Toutes les Next-up News / All Next-up News :
    http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2011.p

    Quarante kilomètres autour de la Centrale de FUKUSHIMA, le sol se liquéfie – il paraît même que tout le JAPON va d’ici « quelques années » … disparaître dans le PACIFIQUE : liquéfié par ce plutonium qui fuit dans le SOL et dans les AIRS !
    ça fuit journellement et « SANS SOLUTION » – (URANIUM / PLUTONIUM – MOX).
    Bientôt pour sortir, faudra s’équiper en Compteurs de radioactivité : « Marque Allemande GEIGER » –
    FUKUSHIMA : C’est PIRE que leur bactérie : E.C.E.H. – en ALLEMAGNE.

  • Rémifasol57

    En France, les « médias » parlent de TOUT, sauf de ce qui se passe à Fukushima. Où sont les journalistes ? Faudrait envoyer Anne LAUVERGEON (« Pdg » d’AREVA (industrie nucléaire)) rétablir la situation … !

  • InKadom

    Attention l’url dans le commentaire précédent est incomplète donc : error 404 !
    il suffit de rajouter hp
    ou simplement de cliquer ici sur le lien rectifié :
    http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2011.php

    En sachant que Next-up consacre la majorité de son action aux problèmes des antennes relais et des ondes des téléphones portables. Ce qui n’est pas une mince affaire.

  • Dailymotion : Il n’y a plus rien à attendre de débris pareils… !
    Périls au JAPON : Pluies Radioactives ! Des preuves ACCABLANTES.

    http://www.dailymotion.com/video/xipc3x_peril-au-japon-pluie-radioactive-des-preuves-accablantes_tech