2 pirates somaliens condamnés à 439 ans de prison en Espagne

La légende du pirate somalien est bien entretenue est très bien entretenue par les médias, ils sont mauvais, dangereux, il faut bien évidement les combattre, les condamner, ils prennent des otages, un comportement inqualifiable mais personne ne va-t-il expliquer les justifications derrière tout cela? Ben…Non!Tout simplement par ce que les raisons ne nous regardent pas à première vue. Mais avant tout chose, voici l’article du figaro parlant de cette condamnation incroyable, bien pire que pour un criminel pédophile:

La justice espagnole a condamné aujourd’huià 439 ans de prison chacun deux Somaliens accusés d’avoir participé en octobre 2009 à l’attaque du thonier espagnol « Alakrana » dans l’océan Indien, dont les 36 membres d’équipage avaient été retenus pendant 47 jours.

Abdu Willy et Raageggesey Adji Haman avaient été arrêtés par la marine espagnole deux jours après la capture de l’Alakrana, puis transférés en Espagne pour y être jugés.

Ils ont été condamnés par le tribunal madrilène de l’Audience nationale pour association de malfaiteurs, pour 36 délits de détention illégale (un pour chaque marin capturé), pour vol avec violence et délits contre l’intégrité morale. Ils ont en revanche été acquittés d’accusations de terrorisme, appartenance à une bande armée et torture.

Les juges ont suivi les réquisitions du Parquet, qui avait demandé 438 ans de prison pour chacun des accusés.

L’Alakrana avait été intercepté le 2 octobre 2009 à plus de 550 km des côtes somaliennes, avec à son bord un équipage de 16 Espagnols, quatre Ghanéens, huit Indonésiens, deux Ivoiriens, deux Malgaches, trois Sénégalais, un Sécheyllois.

Tous avaient été libérés sains et saufs 47 jours plus tard, contre le versement d’une rançon de quatre millions de dollars, selon les pirates qui les retenaient. Madrid n’avait ni confirmé ni démenti le paiement d’une rançon.

Source: lefigaro.fr

Deux articles ont abordé le sujet des pirates somaliens, les apparences sont trompeuses et véhiculées par les nations de ce monde, les pirates ne sont pas forcément ceux que l’on croit…

Moins souvent évoquées par la presse des pays du Nord que les mésaventures des otages, les conditions de vie des « pirates » somaliens et de leurs concitoyens rèvèlent qu’ils sont avant tout des pêcheurs en lutte contre le pillage occidental de la pêche et la décharge de déchets toxiques. Dans cet article retenu par le Projet Censuré 2010, la réalité des conséquences du chaos politique persistant en Somalie n’apparaît pas seulement sous l’aspect de la piraterie : en effet même l’ONU y fait depuis longtemps preuve de négligence quant aux traités en vigueur sur les déchets toxiques.

La communauté internationale a condamné avec force les pirates-pêcheurs somaliens et leur a déclaré la guerre, tout en dissimulant derrière un voile de discrétion les opérations des flottes qui se consacrent à la pêche illégale non déclarée et non réglementée.

Ces flottes en provenance du monde entier pratiquent la pêche furtive et déchargent des déchets toxiques dans les eaux somaliennes depuis la chute du gouvernement de ce pays, il y a dix-huit ans.

Lorsque le gouvernement somalien s’effondra, en 1991, les intérêts étrangers saisirent l’occasion pour entreprendre le pillage des richesses alimentaires marines de la nation et faire de ses eaux échappant à toute surveillance la décharge des déchets nucléaires et toxiques.

Selon le Groupe de travail en haute mer (HSTF, sigle en anglais), en 2005, plus de huit cent bateaux de pêche [IUU] opéraient dans les eaux somaliennes, tirant profit de l’incapacité dans laquelle se trouvait le pays de surveiller ses eaux et ses zones de pêche. Les bateaux IUU puisent chaque année dans les eaux somaliennes des fruits de mer et des poissons pour une valeur globale de 450 millions de dollars : ils privent ainsi la population somalienne, l’une des plus pauvres du monde, d’une source inestimable de protéines et ruinent les pêcheurs, privés de leur gagne-pain.

Article complet sur le blog

Mais n’oublions pas non plus cet autre article qui lui aussi tentait de rétablir un semblant de vérité. Que penser au final de la condamnation de ces « pirates somaliens extrêmement dangereux »? Justice a-t-elle été rendue alors que toute la vérité n’a pas été dévoilée? Il yb a des circonstances atténuantes qui n’ont en aucun cas été prises en compte…

  • **

    oué bof comme d hab koi …

  • **

    et les illuminas ont peu leur mettre combien d années
    je pense que les condamner pour des millions d années en taule ca serait pas mal nn plus allons y dans le ridicule…

    • Dr.um

      Ou faudrait inventé une nouvelle peine la condamnation à l’éternité avec leurs sens mystique ils apprécierais j’imagine :)

      Ha non j’oubliais, y a plus de peines maintenant on flingue les mec qui font chier avec une balle dans la tête !

  • Brigitte

    Je rêve, on se croirait au Moyen-Age ! J’ai honte qu’un tel jugement (en années de réclusion) ait eu pour origine un pays de la communauté européenne ! Comme disait l’autre, où sont les barbares ? N’y avait-il pas aussi un poisson ou un chien à condamner ?
    Oups, c’est vrai ! Ils se sont fait manger ! Mille excuses !

  • c’est la faute de la société occidentale qui broie les peuples opprimés d’afrique…mais non, bien sûr je déconne. c’est très bien et que cela se sache là-bas au pays. qu’ils seront chopés, jugés et emprisonnés à vie en cas d’attaque. je réserve ma pitié aux victimes et non aux laches dégénérés de ces pays sous-developpés. ils feraient mieux de s’en prendre à leurs dirigeants que l’occident à gavé de subventions à vos frais. et dont ils n’ont pas reversé le moindre kopeck à leur popuilation ou à l’aide au développement. seulement un bateau non armé, c’est plus facile à arraisonner qu’un palais présidentiel et puis faut être équipé en couilles aussi en plus de la kalash