Tchernobyl: reste 630 millions à trouver…

L’histoire n’est toujours pas terminée et personne ne sait si elle se terminera un jour ce qui pousse à être pessimiste pour la situation japonaise. Un nouveau sarcophage doit être construit pour isoler les radiations issues du réacteur ukrainien mais les moyens manquent, sur les précédentes sommes allouées à un tel projet, une grande partie a été détournée, que va-t-il en être pour le financement de ce nouveau sarcophage? Et une telle enveloppe est-elle la seule solution viable? L’histoire n’est vraiment pas terminée…

La Commission européenne va octroyer à l’Ukraine 110 millions d’euros pour la construction d’un nouveau sarcophage isolant le réacteur accidenté à la centrale de Tchernobyl, sur un total de 740 millions  d’euros qui manquent, a annoncé lundi son président José Manuel Barroso. De son côté, la France annoncera mardi, lors de la conférence des donateurs à Kiev, une participation additionnelle d’au moins 47 millions d’euros, a  indiqué l’entourage du Premier ministre François Fillon, qui co-présidera ce rendez-vous au titre de la présidence française du G8.

L’UE va par ailleurs octroyer à l’Ukraine 48 millions d’euros pour  renforcer la sécurité de ses quatre autres centrales nucléaires qui assurent  environ la moitié de sa production électrique, selon un accord signé lundi en  présence des deux présidents. Ces fonds seront utilisés également pour le retraitement des déchets  nucléaires dans cette ex-république soviétique, selon un communiqué de la  présidence ukrainienne.
 

Recouvert à la va-vite
 
L’Ukraine accueille mardi une conférence des donateurs pour Tchernobyl dont  les participants tenteront de réunir les 740 millions d’euros qui manquent -sur  un total de 1,5 milliards d’euros- pour les travaux liés à la construction d’un  nouveau sarcophage, 25 ans après la catastrophe. « Je suis sûr que (la conférence) apportera les résultats souhaités, notamment en ce qui concerne les fonds nécessaires pour compléter les travaux de sécurité à Tchernobyl« , a déclaré José Barroso, président de la commission européenne.

Le réacteur n°4 de Tchernobyl explosa le 26 avril 1986, contaminant une  bonne partie de l’Europe, en particulier l’Ukraine, le Bélarus et la Russie. Il a été recouvert à la va-vite d’une chape qui est maintenant fissurée. Un consortium formé par les sociétés françaises Bouygues et Vinci a  remporté en 2007 un appel d’offres pour la construction d’un nouveau sarcophage  étanche financée par un fonds international géré par la Banque européenne pour  la reconstruction et le développement (Berd). Cette nouvelle enceinte de confinement, une grande arche en acier de 108  mètres de haut et d’un poids de 20.000 tonnes, sera assemblée à côté, puis  glissée au-dessus du sarcophage existant. Les travaux ont commencé fin 2010 pour construire cette nouvelle chape dont la mise en service est prévue en 2015. Le dernier réacteur de Tchernobyl a été fermé en 2000.

Source: LCI

2 commentaires

  • Un blog fort intéressant, mais mieux vaut ne pas se lever avec la migraine ou être en plein épisode dépressif …
    cette nouvelle chape ça me fait penser à ce que disait ma grand-mère  » c’est comme mettre un emplâtre sur une jambe de bois » … mais le pire c’est que le monde continue à marcher, à courir même, vers le profit toujours et encore en même temps que vers sa perte.
    Bonne journée quand même.

  • Michel

    « Un consortium formé par les sociétés françaises Bouygues et Vinci a remporté en 2007 un appel d’offres pour la construction d’un nouveau sarcophage étanche financée par un fonds international géré par la Banque européenne »

    Même plus étonnant de nos jours, toujours les mêmes, et toujours de l’argent public …