N.Sarkozy fustige le "terrorisme" environnemental..

Continuer à produire et à saccager, pour le plus grand bénéfice des lobbyes, sans même chercher à privilégier les énergies alternatives…..voilà une ligne de conduite irresponsable! Combien de catastrophes encore, avant qu’on remette en question, notre manière de vivre et de consommer?? Il veut vraiment le fourguer son EPR, ce terroriste à la tête du gouvernement! Parce que ne lui en déplaise, faire vivre les gens sous la menace nucléaire, c’est du TERRORISME!!

Nicolas Sarkozy a fustigé mardi le « terrorisme » de ceux qui, au nom de la protection de l’environnement, bloquent des grands projets de développement.

En déplacement dans la Somme, le chef de l’Etat a en outre exclu de nouveau l’arrêt du parc nucléaire français, qui fournit près de 80% de l’électricité du pays, à la lumière de la catastrophe de la centrale japonaise de Fukushima.


« Je me battrai pour défendre le nucléaire, parce qu’il n’y pas d’énergie alternative en l’état actuel des choses, sauf à dire aux Français qu’ils vont maintenant se chauffer et s’éclairer à la bougie », a-t-il dit lors d’une table ronde consacrée au transport fluvial.

« Il faut garder son sang-froid, le vrai débat n’est pas ‘pour ou contre le nucléaire’, il faut des énergies renouvelables et l’énergie nucléaire. Le vrai débat, c’est celui de la sûreté nucléaire », a-t-il ajouté.

« Le vrai débat, c’est de faire que nos centrales soient sûres et qu’on arrête avec ce terrorisme qui consiste à dire que tout développement, que toute croissance ou que toute création de richesse est en soi un mal », a-t-il poursuivi.

Nicolas Sarkozy a stigmatisé plus particulièrement les Verts pour avoir obtenu du gouvernement socialiste de Lionel Jospin, en 1997, l’arrêt du projet de grand canal Rhin-Rhône en raison de son impact environnemental.

« Il ne s’agit pas de faire de la France une espèce de réserve où les seuls élus responsables sont ceux qui font des squares et des jardins publics (…) Je m’opposerai à tous ceux qui, au nom de la bataille pour l’environnement, une bataille juste, voudraient nous expliquer qu’il ne faut pas de développement », a-t-il encore dit.

Le chef de l’Etat était venu annoncer le lancement de la phase de « dialogue compétitif » pour la construction du canal à grand gabarit Seine-Nord Europe, un projet de 4,2 milliards d’euros monté en partenariat public-privé.

Cette phase sera menée avec les deux candidats retenus, Vinci associé à Eiffage d’une part, Bouygues de l’autre, le groupe sélectionné au final devant en assurer la moitié du financement.

Le lancement du « dialogue compétitif » signifie que son choix se fera « dans le courant de l’année prochaine » et que la mise en service du canal pourra intervenir en 2016 ou 2017, a précisé Nicolas Sarkozy.

Long de 106 km, cet ouvrage, dont la construction a été décidée dans le cadre du Grenelle de l’environnement, reliera le bassin de la Seine et le réseau fluvial de l’Europe du Nord.

Accessible à des unités de 4.400 tonnes, il doit permettre le transport de l’ordre de 14 millions de tonnes de marchandises par an à l’horizon 2020, ce qui permettra de retirer l’équivalent de 500.000 poids lourds des routes.

Le chantier permettra de créer 4.500 emplois. A terme, ce nouveau canal devrait générer 25.000 emplois, essentiellement dans la logistique.

Nicolas Sarkozy avait entamé son déplacement par la visite du chantier des travaux d’abaissement de l’autoroute A29, en prélude à la construction d’un pont-canal pour la future liaison fluviale Seine-Nord.

Son ancien ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo était présent pour l’accueillir en tant qu’architecte du Grenelle de l’Environnement, qui a donné son feu vert au projet.

A 48 heures d’une intervention télévisée au cours de laquelle il doit annoncer s’il prend ou non ses distances de l’UMP, le président du Parti radical s’est refusé à dévoiler ses intentions.

A la question de savoir s’il était content de retrouver celui dont il a pensé un temps faire son Premier ministre avant le remaniement de novembre dernier, Nicolas Sarkozy a répondu : « Je n’ai pas besoin de le retrouver, je ne l’ai jamais perdu ! ».

Par Reuters
Source l’express et terresacree.org

  • el'sharon

    Ce megalomane va en effet faire de la France une reserve. Une reserve de politiciens inconscients ou corrompus avec un envirronement bafoue et dangereux, le genre d’ endroit ou il vaut mieux eviter de mettre les pieds. Personne n’ est contre le progres qui respecte la nature et s’ harmonise avec elle !!!!! Cela est possible Sarko !! mais il faut etre un tant soi peu intelligent et et etre franc avec soi meme pour reconnaitre que l ‘ on est la marionnette des lobbys nucleaires.Le vrai debat c’ est de savoir jusqu’ a quand il faut encore supporter cet homme ? Faut – il vraiment attendre une autre catastrophe ?

    • Jusqu’en 2012 si tout se passe bien! Les chances pour qu’il soit réélu sont très minces, mais il reste toute une ribambelle d’imbéciles heureux qui ne sont pas bien différents…

  • Subtil

    Je sais pas s’il tiendra jusqu’en 2012, et si c’est le cas, j’espère qu’aux prochaines élection il y aura un grand ménage.. Mais bon, ne rêvez pas de respect de l’environnement, tant qu’on y mêle économie. Société de conso, ne rime pas avec environnement.
    Economie ne rime pas avec Respect.

    Il y a une info qui me reste en travers aussi, que t’as mis ici benj », celle des 380 milliard ( c’est ça ? ) blanchit par une banque, sur fond de drogue durt… Vous avez ici, la démonstration, que le système englobe très très bien ce qui pour nous lui échappe : Le Trafique de drogue. J’espère qu’en 2011, la majorité a comprit que TOUT finit par retomber dans les même coffre, et que, les plus grands traficants, ne travaillent pas forcément, pour leur compte.. 😉

  • Jean MOLINS

    Vraiment c’est n’importe quoi. Entendre ce discours d’un Président de la République c’est grave. Comme par hasard, l’Espagne vient d’annoncer que les énergies alternatives dépassent l’énergie issue des centrales nucléaires. Cela prouve que ce Monsieur, aujourd’hui Président de la République, a un intérêt tout particulier à nous faire subir le nucléaire en se moquant du futur pourvu que son présent soit bien garni. Monsieur le Président, la France c’est l’ensemble des citoyens or, ce nous que nous vous disons ASSEZ!
    Nous ne voulons pas de ces merdiers mortuaires là. Le nucléaire doit être banni de la surface de notre planète, quitte à se chauffer avec une bougie. Combien des Japonnais, en ce moment, préfèreraient la bougie à l’horreur. Etre Président de la République ne veut pas dire être un despote qui n’écoute pas la société dans le domaine les plus dangereux d’entre tous. Où avez-vous foutu la démocratie et l’amour de la France?.

  • Phosphorescente

    jusqu’en 2012 …. mais LE PEUPLE peut parler
    a les moyens de faire entendre
    comme d’autres pays savent le faire

    le nucléaire est ce qu’il y a de pire
    même si bénéfice il y avait, payer avant, pendant et après ….
    c’est trop cher payé pour le peu que çà rapporte ….

  • shalk

    Le développement…
    quelle grande idée ! et surtout quelle grande pompe à fric. Tant que notre société sera basé sur le développement « non-durable », à savoir augmenter le Chiffre d’Affaire tout les ans de 3% de plus que l’année d’avant, c’est la définition même de l’utopie.
    Dans un monde où TOUTE les quantités de matière première sont en quantité fini, il va FORCEMENT y avoir un moment où on va en manquer, car on consomme au-delà du cycle de renouvellement, où sans aucune chaîne de recyclage des déchets (ou ridicule si il y a).
    Et la dedans, le nucléaire. Dont l’un des déchets est le plutonium!
    Qui a dit « coïncidence »?
    Des centrales nucléaire PSEUDO durable tourneraient au Khorium, plus rentable, plus énergétique, et plus facile à approvisionner. Mais malheureusement, pas de plutonium dans les déchets. Donc pas rentable pour les grands pontes.
    Pourquoi investir dans la recherche de panneaux photovoltaïque rentable à plus de 75%
    Pourquoi ne pas investir dans les supra-conducteur, qui acheminerai du haut voltage sans aucune perte de ligne?
    Parceque pas rentable à court terme. Et maintenant que le PDG de la France est élu pour 5 ans, des décisions à la con, il va y en avoir de plus en plus !

    La messe est dite.

    Mais le point « positif » de tout ça, c’est que notre petit père du peuple reconnait l’existence d’un « terrorisme » vert. Donc d’une grogne qui monte. (je tiens d’ailleurs à souligner l’emploi inapproprié du mot terrorisme, sauf cas de propagande)
    Car plus ça va aller, plus ça va grogner. et plus ça va grogner, moins les gens seront timides, jusqu’au jour où…
    Ha non, je viens de me réveiller, j’aller dire « jusqu’au jour où ils iront voter ».
    J’ai failli y croire.

    Mais VOUS qui êtes contre le nucléaire (dont moi), qu’êtes vous prêt à céder de votre confort journalier?
    Jusqu’où êtes vous prêt pour la décroissance? (développement, croissance…)
    Car elle est inévitable, et nous la vivront.

  • Tu as raison pour le mot terrorisme, au sens littéral, il ne doit pas s’employer en cette circonstance,C’est pour cette raison que je lui ai renvoyé l’ascenseur au Président.
    Et tu as tout aussi raison, de poser la question: Jusqu’où sommes nous prêts pour la dé-croissance???
    Excellente question, car comme je l’ai dis dans un message, si on ne se sert pas d’un produit, il n’a pas de raison d’exister.

  • noonoo12

    @ shalk,
    Il n’y aurai rien à céder sur notre confort journalier si les habitations françaises n’étaient pas si mal conçues et basées sur l’énergie électrique (crée de toute pièce pour écouler le surplus de production électrique des premières centrales nucléaires + les fausses périodes de pénurie électrique organisées pour faire paniquer les français).
    A Bruxelles ils ont du solaire thermique pour l’eau chaude, en Scandinavie des maisons qui n’ont pas besoin de chauffage, avec un petit effort nos appareils électroménager ne consommeraient pas tant, bref, le « besoin » en énergie électrique est un faux problème car il pourrai tout simplement ne pas y avoir de besoin, ou très faible.
    Hélas sans ce « besoin », pas de revenus pour EDF et donc l’état français…