Hôpitaux: le jeu de massacre gouvernemental a commencé depuis longtemps déjà…

En 2009, 9800 hospitaliers ont été libérés de leur emplois, l’année 2010 ne devrait pas être plus joyeuse mais les chiffres ne sont pas encore tombés, du moins, pas officiellement! Vous souhaitez vous faire soigner? C’est à vos risques et périls! Quelle qualité de soins si le personnel est moins nombreux et que la charge (ou la sur-charge) de travail s’intensifie un peu plus chaque année? Le plan de l’UMP pour réduire de 80% le nombre de fonctionnaires en France est bel et bien enclenché!

 


Les employeurs et les syndicats des personnels hospitaliers alertent les pouvoirs publics sur la dégradation de l’hospitalisation publique depuis plusieurs années. Rien n’y fait !

Selon un communiqué de la Fédération Hospitalière de France (les employeurs), « ce sont plus de 9800 emplois qui ont été supprimés en 2009 dont 5000 soignants. (dernières statistiques publiées) Un chiffre qui devrait encore croître en 2010 au vu de la contraction constatée de la progression des dépenses de personnel dans les comptes des hôpitaux publics. Tel est le constat de la Fédération Hospitalière de France (FHF), basé sur un ensemble de données publiées par le ministère de la Santé.

La Fédération Hospitalière de France rappelle que cette évolution est en partie liée à la faible progression de l’enveloppe accordée aux hôpitaux (ONDAM), mais qu’elle est considérablement aggravée par la politique de « convergence » conduite par le gouvernement au bénéfice des cliniques privées. »[1]

Et le gouvernement poursuit sa route, quel que soit le nombre de décès que les années futures dévoileront. D’abord par la multiplication des infections nosocomiales, les erreurs médicales, qui ne pourront être enrayées en supprimant des emplois. Ensuite parmi les personnels hospitaliers victimes et des conditions de travail et des risques psychosociaux, et donc de suicides. Il y a et il y aura de plus en plus de morts ! Le gouvernement le sait ! Il se tait !

Ne croyez surtout pas que ce sera mieux dans les cliniques privées ! Avec moins de personnels qualifiés, la sécurité dans les cliniques privées est inférieure à celle des hôpitaux publics.[2] Les marges économisées sur la qualification des personnels sont distribuées aux actionnaires !

En privant la sécurité sociale de ressources pour mieux la livrer aux assurances privées, le gouvernement adopte exactement le même scénario pour l’hôpital public qu’il place sur la voie de la privatisation. L’organisation en pôle d’activité, la volonté de convergence tarifaire, l’ouverture des missions de services publics au secteur privé, la création de groupement de coopération sanitaire public/privé, sont autant de mesures qui accompagnent l’hôpital public dans les mains des prédateurs boursiers. Il ne reste plus qu’à orchestrer la déchéance et dire que le service public ne marche plus pour convaincre l’opinion publique.

La guerre contre les services publics est lancée depuis de nombreuses années. S’attaquer aux fonctionnaires c’est « populaire ». Ça fait du bien à un certain électorat de la droite ordinaire et de l’extrême droite qui en tire les bénéfices. Tous ces fainéants qui coûtent des impôts, cet impopulaire impôt qu’il faut libérer de la pesanteur des services publics.

Nous n’avons jamais vu autant de volonté de nuire délibérément à ce niveau de responsabilité. Le drame du sang contaminé, la canicule, le médiator, etc., et demain les infections nosocomiales, les erreurs, les « trop tard », etc., etc., qu’importe, l’essentiel n’est pas là pour notre gouvernement et ses supporters. Il faut assainir les finances publiques. Cadeaux pour les uns ; factures en hausse pour les autres !

Pour comprendre ce monde il faut lire les observateurs avertis. L’américain John K. Galbraith est de ceux-là. Il présente l’Etat prédateur[3], « cette nouvelle classe dotée d’un immense revenu personnel qui veut s’emparer de l’Etat et de sa gestion ».

C’est l’Etat prédateur. « Une coalition d’adversaires implacables, composée d’entreprises dont les principales activités lucratives concurrencent les grands services publics » […] Ces firmes n’ont elles-mêmes aucun attachement à aucun pays. […] Leur raison d’être est de tirer de l’argent de l’Etat, tant qu’elles le contrôlent.» etc., etc.

Il explique très simplement que « pour faire avaler la pilule de la privatisation, il est d’abord nécessaire de persuader les populations que le système public existant ne marche pas et ne peut être maintenu. »

C’est l’objectif poursuivi par notre gouvernement des conservateurs Français.

Jamais l’hôpital depuis qu’il existe n’a eu à constater une baisse du nombre de ses agents. Tout simplement parce que les progrès de la médecine, la modernisation de ses installations, le confort du malade en chambre individuelle à la place des anciens dortoirs et chambres collectives,  nécessitent davantage de personnel. Bien sûr il peut y avoir ça et là des efforts d’organisation. La transformation de l’hôpital en une entreprise industrielle et commerciale, ayant pour matière première la maladie, la souffrance et la mort, renvoie l’humain au rang des objets mécaniques sans pulsion.

C’est d’ailleurs toute cette humanité que la gestion veut enlever aux pratiques des soins. D’ailleurs n’entendons-nous pas des cadres dans les services qui n’y arrivent plus : « elles en font plus qu’on ne leur en demande »

C’est vrai, l’échange d’un sourire avec un malade n’est pas facturable ! Il est donc devenu inutile.

Source de l’article: Mediapart.fr

  • Et ça continu…

    Notre ministre Mme Bachelot a validé l’ordonnance Ballereau du 15.01.2010; les conséquences sont catastrophiques…

    Au plus tôt en 2013 et au + tard en 2016, les laboratoires d’analyses médicales de proximité, VOTRE laboratoire et tous les autres auront probablement DISPARU au profit d’USINES à analyses (une par département pour les départements qui le « méritent »; pour les départements les + ruraux il faudra faire un peu + de route…).
    > Pourquoi ?
    > Et bien en vertu d’une ordonnance parue en 2010 qui livre le « marché » de l’analyse médicale aux FINANCIERS du CAC 40…
    > Parmi ces groupes financiers qui ont déjà largement entamé les rachats massifs de labo, figurent des assurances de santé privées, peut-être la vôtre, qui auront ainsi accès à vos données médicales et pourront « personnaliser » vos factures…
    > Il y a une solution pour s’opposer à ce scandale : FAIRE CIRCULER massivement et SIGNER cette pétition : http://www.touchepasamonlabo.com/php/index.php
    > 50 000 signatures à ce jour ; c’est peu dans l’absolu mais au vu de la discrétion de cette ordonnance, c’est beaucoup !
    > C’est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut passer ; il faut donc la REVELER au grand jour : DIFFUSEZ CE MESSAGE, DIFFUSEZ LE LIEN DE LA PETITION : http://www.touchepasamonlabo.com/php/index.php
    > SIGNEZ ET FAITES SIGNER !!!
    > Cordialement.
    > Annie Vatré
    > Médecin biologiste
    > —————————————-
    > Ligue des Droits de l’Homme
    > Fédération du Rhône
    > 5 place Bellecour
    > 69002 Lyon
    > ldh.rhone@gmail.com

  • nico

    voila ce qui ce dit a l’OCDE:

    Pour obtenir facilement le consentement de l’opinion pour la privatisation des services publics, la stratégie la plus souvent utilisée consiste à organiser préalablement le sabotage des services publics, afin que leur inefficience puisse servir de prétexte à leur privatisation. Cette stratégie a été massivement appliquée dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

    Voici ce que l’on peut lire à propos de l’éducation publique dans un document de l’OCDE, l’organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI:

    « Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangeureux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.
    Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population. »

    et il en va de meme pour la sante, licencier une 10ene de personnel hospitalier par ci une dizaine par la , on reduit un peu le budget , du coup la qualite baisse et les gens se tournent peu a peu vers les clinques privees. les secteurs de la sante et de l’education au niveau mondial representent un potentiel monetaire enorme (2000 milliards de dollars pour l’éducation, 3500 milliards de dollars pour la santé) qui forcement attise les convoitises de nos chers elites
    http://www.syti.net/AGCS.html