Possible fusion de deux réacteurs au Japon [MAJ]

Eric Besson nous dit que c’est grave, mais que ça n’a rien à voir avec Tchernobyl! J’estime qu’il est inconscient de minimiser les risques, tant que nous n’en saurons pas d’avantage;un deuxième réacteur est en risque de fusion, l’eau qui recouvre les barres de combustible, a baissée de 3 mètres, ce qui accentue le risque du processus de fusion! Les autorités distribuent des comprimés d’iode à la population. J’espère que les autorités concernées en France, ont compris que les frontières n’arrêtent pas les nuages………Même si c’est loin, nous devons savoir! évidemment, ça ne contribuera pas à faire accepter ces centrales par tous, mais du moment qu’elles sont là, nous sommes tous concernés.

(A part ça ce n’est pas grave!) Source audio RMC/INFO

La centrale d'Onagawa au Japon a été touchée par un incendie après le passage du séisme le 11 mars 2011 NEWSCOM/SIPA

Après l’explosion dans la matinée au sein d’un bâtiment qui abrite un réacteur nucléaire, l’inquiétude grandit…

Le Japon doit-il craindre ses centrales nucléaires après le séisme qui l’a touché vendredi 11 mars? Une explosion a eu lieu samedi 12 mars dans la matinée (15H30 heure locale) près du réacteur numéro un de la centrale de Fukushima Daiichi.


Le toit et les murs du bâtiment qui abritent le réacteur se sont effondrés. Des fuites radioactives ont été enregistrées. Quatre personnes ont été hospitalisées, et trois employés ont été victimes de radiations à proximité de la centrale. L’agence de sûreté nucléaire japonaise a annoncé que le caisson du réacteur n’aurait pas subi de dégâts.

Des émissions radioactives ont été enregistrées dans la matinée, mais la radioactivité aurait baissé par la suite.

A titre de précaution, le gouverneur a demandé l’évacuation des personnes dans un rayon de 20 kilomètres, ce samedi. Des forces spécialisées ont été dépêchées sur place pour procéder au refroidissement du coeur du réacteur. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a par ailleurs été informée en début d’après-midi par les autorités japonaises qu’elles prenaient des dispositions en vue de distribuer de l’iode aux riverains des centrales nucléaires touchées par le séisme. L’iode peut servir à protéger le corps, et notamment la glande thyroidienne, des effets des radiations nucléaires.

Les autorités japonaises ont également indiqué qu’elles procédaient « à l’examen de l’état du coeur du réacteur » de la centrale de Daiichi.

André-Claude Lacoste président de l’autorité de sûreté nucléaire, a fait un point sur la situation ce samedi à 13H: «La situation est à l’évidence grave. Malheureusement les informations dont nous disposons sont incomplètes, ce qui tient au fait que nos interlocuteurs sont concentrés sur la gestion de la crise. Le Japon compte 55 réacteurs, dont 11 sur la côte Pacifique qui se sont donc retrouvés face au Tsunami. Ils ont été immédiatement mis à l’arrêt automatiquement mais très vite des problèmes se sont concentrés sur une centrale, Fukushima Daiichi, qui a connu des problèmes de refroidissement et d’alimentation électrique sur le réacteur numéro 1. Puis il s’est produit une explosion sur le bâtiment de ce réacteur. On peut toutefois noter un point positif : la direction des vents qui tendent à rejeter l’éventuelle pollution vers le pacifique. Il est trop tôt pour tirer de retour d’expérience de cet accident. » Sur la question de la portée de l’événement, Claude Lacoste a assuré qu’ « il y aura des mesures de la qualité radiologique de l’air en France pour voir si on enregistre des retombées sur notre territoire.»

Des données seront affichées en temps réel sur le site de l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire).

Un départ de feu avait également été signalé dans le bâtiment non-nucléaire dans la centrale d’Onagawa quelques heures après le séisme. Il avait été rapidement maîtrisé.

En 2007 le Japon avait déjà connu un accident sur l’une de ses centrales. Un séisme de magnitude 6,6 s’était produit à proximité de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa. Sur les 7 réacteurs du site 4 avaient subi un arrêt d’urgence.

>> Les photos impressionnantes du séisme sont par ici

Avec 55 réacteurs et deux autres en construction, le Japon est un des pays les plus nucléarisés au monde, derrière les Etats-Unis (104 réacteurs) et la France (59 réacteurs).

Mickaël Bosredon pour 20minutes

Un dirigeable va survoler Paris une semaine pour mesurer la radioactivité

Un ballon dirigeable va survoler Paris à basse altitude à partir de samedi et pendant une semaine afin de mesurer la radioactivité de la capitale, a annoncé vendredi la préfecture de police de Paris (PP).

« Ce ballon transportera des capteurs capables de mesurer la radioactivité ambiante, qu’elle soit d’origine naturelle ou artificielle », a expliqué la PP.

Ce survol de la capitale, qui doit démarrer samedi « sous réserve des conditions météorologiques », intervient dans le cadre d’un programme de recherche scientifique « suivi par le Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN) », a précisé la PP.

Une source proche du dossier a indiqué que les conditions météorologiques, peu favorables pour le moment, pourraient entraîner un report du lancement du ballon.

Cette mission « permettra en outre de disposer d’une cartographie de référence de la ville facilitant la détection ultérieure d’éventuelles anomalies », a ajouté la PP.

L’altitude du ballon dirigeable sera située entre 150 et 200 mètres.

© 2011 AFP /20minutes

Vous voilà prévenus amis Parisiens, ne le prenez pas pour un OVNI, et c’était prévu dans un programme de recherche scientifique! ça tombe bien n’est ce pas?

Alerte nucléaire au Japon après un violent tremblement de terre
Dernier ajout : dimanche 13 mars 2011 à 09h02

Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », c’est bien un accident nucléaire majeur qui se déroule actuellement au Japon. Monsieur Besson, une fusion partielle du cœur du réacteur n’est-il pas une « catastrophe nucléaire » ?

La situation nucléaire au Japon est gravissime, contrairement à ce qu’a pu déclarer le ministre en charge de l’énergie hier. Nous assistons à une fusion partielle du cœur sur un réacteur (réacteur n°1 Daiishi), un autre réacteur connait une panne de son système de refroidissement (réacteur n°3 Daiishi) et 3 autres réacteurs connaissent des problèmes de refroidissement (réacteurs 1, 2, 4 de Fukushima Daini).

Près de 140 000 personnes au total ont été évacuées autour de deux centrales de Fukushima.

Le 12 mars, une explosion a eu lieu dans le réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi située à 250 km au nord de Tokyo. La structure externe du bâtiment réacteur a explosé, et le toit du bâtiment réacteur s’est effondré. L’agence de sûreté nucléaire japonaise a admis qu’il y a une fusion partielle du coeur du réacteur.

Le cœur du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiishi n’est plus refroidi. L’exploitant s’apprête à relâcher de la vapeur radioactive dans l’environnement. Trois autres réacteurs connaissent également des problèmes de refroidissement.

source sortir du nucléaire