Sarkozy, l'UMP et le front national…

En octobre 2010 cela a fait couler pas mal d’encre, une union possible (ou non) entre le front national et l’UMP, il a été précisé bien évidemment que jamais une telle alliance ne serait possible, bien normal vu que de plus en plus l’UMP fait pire que le front national lui-même! C’est bien beau de cracher sur un parti soit disant anti-républicain alors qu’au final, ils sont encore moins défendables.

Combien de scandales ces dernières années dans le gouvernement ou le parti de droite? Combien d’abus? Et il suffit de voir les derniers événements pour bien s’en convaincre. Sakozy a donc déclaré officiellement que jamais aucune union ne sera possible, non seulement pour les présidentielles de 2012, mais aussi pour les cantonales qui risquent de confirmer (ou pas) la tendance actuelle et la montée du FN.

Nicolas Sarkozy a fixé les règles du jeu face au Front National lors des cantonales.Nicolas Sarkozy a fixé les règles du jeu face au Front National lors des cantonales. | Nicolas Sarkozy, qui recevait l’équipe dirigeante de l’UMP à déjeuner ce midi à l’Elysée, a fixé la règle du jeu pour les cantonales des 20 et 27 mars face au FN. «Il n’y aura pas d’accords avec le Front national et on maintiendra nos candidats partout où ils pourront se maintenir», a précisé le chef de l’Etat.

A l’UMP, certains pronostiquent en effet que les candidats FN pourraient devancer ceux de l’UMP dans plus de 150 cantons, soit une vingtaine de départements. Nicolas Sarkozy a aussi prévenu que ceux qui appelleront à voter pour l’extrême droite au second tour seront débarqués sans ménagement de l’UMP. «On virera ceux qui appellent à voter FN!», a-t-il menacé. Pour autant, il n’a pas plaidé pour un front républicain en faveur du PS, loin de là. Il a d’ailleurs épinglé en le citant le président du Sénat Gérard Larcher et -sans la citer- Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ont tous deux estimé ces derniers jours qu’il faudrait appeler à voter pour la gauche en cas de second tour FN/PS aux cantonales.

Source: leparisien.fr

Deux scandales secouent actuellement l’UMP, la première concerne un tract électoral ouvertement islamophobe en vue de l’élection de Geoffroy Didier.

Il est conseiller régional UMP et candidat aux élections cantonales dans le canton de Gonesse. Certes, il a été bien formé puisqu’il fut conseiller durant plusieurs années de Brice Hortefeux, condamné par la justice pour « injure envers un groupe de personnes en raison de leur origine ». Mais l’élève veut manifestement faire mieux que le maître.

Source: lucbroussy.fr

Mais il n’est pas le seul à vouloir dépouiller le FN de voix électorales éventuelles, la députée Chantal Brunel avec sa petite phrase assassine aujourd’hui condamnée, elle nous parlait de renvoyer par bateau les immigrés qui tentent de fuir les émeutes:

La députée UMP Chantal Brunel a suggéré mardi de «remettre dans les bateaux» les immigrés «qui viendraient de la Méditerranée», en réaction aux sondages donnant Marine Le Pen en tête du premier tour de l’élection présidentielle.

«Il faut rassurer les Français sur toutes les migrations de populations qui viendraient de la Méditerranée. Après tout remettons-les dans les bateaux!» a déclaré l’ancienne porte-parole de l’UMP à la presse dans les couloirs de l’Assemblée.

«Le temps n’est plus à la parole mais aux actes et aux décisions», a ajouté Chantal Brunel. «Marine Le Pen n’a aucune solution à proposer. Nous, on doit montrer qu’on a des solutions», a-t-elle ajouté. «On doit assurer la sécurité en France et rassurer les Français», a conclu la députée.

Une sortie «qui donne envie de vomir»

Pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, «cette sortie atroce de la part de la députée UMP donne envie de vomir. On touche le fond». «L’affolement gagne les rangs de l’UMP. Ces propos racistes doivent être condamnés au plus vite par Jean-François Copé. Toute autre attitude de la part du secrétaire général de l’UMP serait comprise comme une approbation», poursuit-il.

Et le numéro un communiste d’appeler «à se servir des bulletins de vote Front de gauche, le 20 mars prochain (aux cantonales), pour sanctionner les noces brunes entre l’UMP et le FN. C’est urgent».

© 2011 AFP
Source: 20minutes.fr
N’oublions pas que malgré tout le front national, ce sont des racistes immondes et fascistes en plein et que l’UMP reste très bien, presque immaculé et auréolé de sainteté. Je ne revient pas sur l’histoire des roms ou la condamnation d’Hortefeu qui viendraient sans problème compléter le sujet, entre autres sujets… Donc, que faudrait-il faire si jamais l’UMP se prend une claque et que le FN se trouve face au parti socialiste? Suivant Kosciusko-Morizet il faudrait voter pour le PS même si « les socialistes n’ont rien, ou pas grand-chose, à dire au peuple » comme nous le dit si bien Nicolas Demorand.

En se prononçant en faveur d’un vote PS dans l’hypothèse où PS et FN seraient au coude à coude au second tour des cantonales, la ministre de l’Ecologie n’a récolté pour le moment que le silence gêné des membres de son parti.

(Nathalie Kosciusko-Morizet - capture d'écran - canal+)
Invitée de la matinale de Canal + ce mardi 8 mars, Nathalie Kosciusko-Morizet a pris l’initiative de sortir des sentiers battus par son propre parti. Alors que Jean-François Copé refusait encore dimanche dernier de considérer la possibilité d’un duel PS/FN au second tour des élections cantonales, la ministre de l’Ecologie et conseillère politique du pléthorique bureau de l’UMP a appelé son parti à voter pour le Parti socialiste dans le cas où cette hypothèse se confirmerait, renouant avec la tradition, ancienne, d’un Michel Noir. En 1987, ce dernier, alors au RPR, avait écrit dans les colonnes du Monde cette formule devenue célèbre depuis : « Il vaut mieux perdre les élections que perdre son âme. » L’ancien maire RPR de Lyon protestait alors contre les alliances et autres concessions électoralistes de la droite en faveur de l’extrême-droite. « A l’occasion des élections cantonales, il faut avoir des principes très clairs, a affirmé quant à elle la maire de Lonjgumeau. Par exemple, s’il y a un second tour Front national/Parti socialiste dans un canton, ce que je ne souhaite pas, on ne considère pas que la politique est un continuum et que tout se vaut. Moi, dans ce cas-là je dis clairement : on vote PS. » Puis, comme si elle avait parlé trop vite, NKM se ravise, ou plutôt précise : «  C’est ma position à moi, l’UMP n’a pas encore pris de position officielle. »

Tandis que le secrétaire général n’a de cesse de fustiger le PS, parti « gauchiste et archaïque » selon lui, la prise de position de Kosciusko-Morizet met le doigt sur un vrai casse-tête auquel va devoir répondre l’UMP dans moins de deux semaines. Et le choix est cornélien. Appeler à voter PS semblerait logique de la part d’un parti qui a toujours affirmé que le Front national ne faisait pas partie de l’arc républicain. Mais cela mettrait en lumière l’échec cuisant du sarkozysme et annoncerait le scénario tant redouté par la droite pour 2012 : un 21 avril à l’envers.

A l’inverse, ne pas appeler à voter PS reviendrait à courir le risque de laisser au FN la chance de prouver que la montée de Marine Le Pen dans les sondages se traduit déjà dans les urnes.
Pour l’instant donc, mieux vaut faire comme si de rien n’était. Depuis la déclaration de NKM, silence dans les rangs. Copé et les parlementaires UMP se sont bien gardés de commenter la phrase de leur collègue.
Source: marianne2.fr