Kadhafi poursuit la répression, des milliers de migrants quittent le pays et l'ONU envisage des sanctions sévères

Dur-dur de remettre les pieds sur terre, le « colonel » n’est pas encore prêt à lâcher prise, le bain de sang va pouvoir continuer…….jusqu’à quand?

Les régions de l'est du pays sont aux mains des opposants, mais le régime tient toujours la capitale.

La communauté internationale s’orientait hier vers des sanctions face à la répression en Libye …

 

où le face-à- face chaotique entre le dirigeant Mouammar Kadhafi et l’opposition se durcissait.

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni hier soir pour discuter d’une résolution imposant des sanctions contre le régime de Kadhafi.

Un projet, rédigé par les Occidentaux, l’avertit que « les attaques étendues et systématiques qui ont lieu actuellement en Libye contre la population civile peuvent être assimilées à des crimes contre l’humanité ».


Des sanctions internationales sévères à l’encontre du régime libyen doivent être adoptées le plus rapidement possible, sont convenus hier la chancelière allemande Angela Merkel et son homologue britannique David Cameron lors d’un entretien téléphonique. Les violences dans ce pays ont fait de 300 à plus de 1 000 morts, selon les sources.

« La violence doit cesser », a affirmé vendredi le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

De son côté, le président américain Barack Obama a signé vendredi un décret présidentiel gelant les avoirs et bloquant les propriétés aux États-Unis du colonel Kadhafi et de ses quatre fils. La France a appelé hier les opérateurs financiers à signaler tout mouvement suspect autour des avoirs du dirigeant libyen et de ses proches.
Tripoli toujours aux mains de Kadhafi

En Libye, la détermination des opposants à chasser le colonel Kadhafi du pouvoir ne faiblissait pas hier, mais celui-ci tenait toujours la capitale Tripoli.

« Il semble que Kadhafi ne contrôle plus la situation », a toutefois affirmé hier à Rome le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi.

Alors que la région orientale pétrolifère de l’Est du pays, autour de Benghazi, est aux mains de l’opposition armée qui met en place une nouvelle administration, des tirs ont de nouveau été entendus dans certains quartiers de Tripoli durant la nuit.

Pris entre l’opposition armée qui affirme avoir libéré la région de l’Est et des combats violents à l’Ouest, le colonel Kadhafi a demandé à ses partisans de se préparer à « défendre la Libye », selon des images diffusées par la télévision d’État. « Nous allons nous battre (…) s’il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d’armes pour armer tout le peuple », a-t-il dit à la foule sur la place Verte à Tripoli.

Depuis lundi, 40 000 à 50 000 migrants ont fui la Libye par les frontières terrestres et leur flux s’accroît, selon l’Organisation internationale pour les migrations. De nombreux pays, dont la Chine, les États-Unis et les Européens, mais aussi l’Indonésie et l’Inde, continuaient hier à évacuer massivement leurs ressortissants.

Source la voix du nord PHOTO AFP