Bioéthanol: réservoir pleins et assiettes vides

Les carburants bio n’ont jamais été une alternative pour cette planète, tout juste une manière de préparer la fin du pétrole et un moyen de nous faire croire qu’ils veulent protéger l’environnement, proposer un avenir plus vert pour nos enfants, et gagner en clientèle, juste cela.

Non seulement tout ceci n’est que du vent, mais les véritables alternatives bio et vertes n’ont jamais et ne seront jamais exploitées car elles ne rapporteraient rien aux gouvernements. La mort d’une planète et de ses habitants n’est pas grand chose pour certains, si cela permet de s’enrichir encore plus…

Champs de colza

par Reinhard Koradi, Dietlikon

En 2006, 842 millions de personnes dont 170 millions d’enfants, ont souffert de sous-alimentation dans le monde, 2 millions de plus que l’année précédente. Toutes les 5 se­condes un enfant de moins de cinq ans meurt. Quelque 100000 personnes meurent chaque jour de sous-alimentation, ce qui fait plus de 35 millions par année. A l’avenir, une augmentation de ce nombre est prévisible, par exemple en Inde, en Indonésie, au Nigeria, au Pakistan et au Soudan1. La sous-alimentation est responsable de plus de morts que le sida, le paludisme et la tuberculose réunis, a déclaré le directeur du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris lors de la Journée mondiale de l’alimentation à Genève. C’est pourquoi, dans les débats concernant la crise mondiale de l’énergie, le problème de la faim doit être traité en priorité. Et surtout lorsque la solution préconisée est l’utilisation excessive de produits alimentaires pour les carburants.

La lutte contre le réchauffement clima­tique et celle contre la faim sont liées

La lutte contre le changement climatique et celle contre la sous-alimentation entretiennent un rapport très étroit. Elles représentent un problème mondial dont les causes sont identiques à quelques détails près. La menace d’une catastrophe climatique et le fait – effrayant – que dans le monde, il y ait encore plus de 800 millions de personnes qui ont faim sont avant tout la conséquence d’un usage irresponsable des ressources naturelles et d’une politique d’exploitation dirigée contre l’homme. Au gaspillage démesuré s’ajoutent la soif du gain et l’accaparement des matières premières motivé par l’égoïsme des riches.
Jean Ziegler, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation, part du principe que la faim dans le monde est voulue et qu’elle pourrait être surmontée très vite grâce à des efforts politiques adéquats (uniquement avec les méthodes agricoles actuelles, il serait possible de nourrir non seulement les 8 milliards d’hommes que compte la planète mais 20 milliards). Dans son livre «l’Empire de la honte», il donne les raisons suivantes de l’échec d’une politique alimentaire efficace: mauvaises habitudes alimentaires dans le monde (un quart de la récolte mondiale de céréales est consacrée à nourrir les troupeaux de bœufs des pays riches), guerres et systèmes corrompus dans les pays où règne la famine, changement climatique (le nombre des réfugiés climatiques se monte actuellement à 250 millions et pourrait atteindre le milliard dans les dix prochaines années). Il critique sévèrement la perversité du marché qui soumet les produits alimentaires comme n’importe quelle autre marchandise à la loi de l’offre et de la demande. Ce n’est pas seulement le pouvoir d’achat qui permet l’accès aux produits. Les spéculateurs de la Bourse de Chicago ont découvert que les aliments de base comme le soja, le maïs et le millet étaient une source de profit. Plus les profits des spéculateurs augmentent, plus la faim augmente!
Malgré cette situation intenable de la politique alimentaire, les pays industrialisés occidentaux veulent, sous la pression de l’augmentation du prix du pétrole et du changement climatique, développer considérablement la culture de plantes pour la production d’éthanol et de diesel. Ainsi, aux USA, dans l’UE, au Brésil et en Asie, des milliards ont déjà été investis dans la culture du maïs, du soja, du colza, de la canne à sucre, de l’huile de palme ou du blé.2
Les chiffres du ministère de l’Agriculture des Etats-Unis sont éloquents: Il y a six ans, il y avait aux USA environ 50 producteurs d’éthanol et la production annuelle était de moins de 8 milliards de litres. Maintenant, 100 sociétés produisent plus de 18 milliards de litres. En ce moment, 70 usines d’une capacité de 8 milliards de litres sont en construction. Déjà 20% de la récolte de maïs aux USA sont destinés à la production d’éthanol. En 2000, le taux n’était «que» de 6%.3
Dans le Livre Vert de la Commission européenne intitulé «Vers une stratégie européenne de sécurité d’approvisionnement énergétique», l’objectif fixé est de remplacer jusqu’en 2020 20% des carburants classiques par des carburants alternatifs. Dans un scénario pour 2030 non encore publié, une commission d’experts propose même de tirer des cultures un quart des carburants. Les Etats-Unis veulent également se libérer de la dépendance du pétrole du Proche-Orient grâce aux biocarburants. L’Energy Policy Act de 2005 du gouvernement américain prévoit d’acheminer en 2012 à peu près 28 milliards de litres de biocarburant aux stations-services.4

Catastrophe alimentaire et environnementale prévisible due à une mauvaise politique

Depuis plusieurs années, on sait que les réserves de pétrole sont limitées. On sait également que les pays riches industrialisés occidentaux pratiquent une exploitation irresponsable des carburants fossiles au détriment des pays en voie de développement et des nouveaux pays industrialisés. En 2005, la consommation mondiale totale de pétrole était de 3,8368 milliards de tonnes, dont
•    Amérique du Nord: 1,1326 milliards
•    Asie et Pacifique: 1,1169 milliards
•    Europe: 791,9 millions
•    Proche-Orient: 271,3 millions
•    Amérique centrale et Amérique du Sud: 223,3 millions
•    Ex-Union soviétique: 171,7 millions
•    Afrique: 129,3 millions
Dans l’Union européenne, la part des biocarburants était en 2003 d’environ 0,3%. En 2005, elle était de 2% et à la fin de 2010 elle devrait être de 5,75%. Les Etats-Unis ont annoncé que d’ici à 2010, le bioéthanol représenterait 10% du carburant utilisé par les véhicules à moteur. Un hectare (100 m × 100 m) de colza produit 3,5 tonnes de colza, ce qui donne 2,3 tonnes de galettes de colza (fourrage) et 1,2 tonne d’huile de colza. 1,2 tonne d’huile de colza équivalent à 1320 litres de carburant. Cette quantité de carburant permet à une voiture moyenne de parcourir 20000 km.
Si, pour l’année 2010, on part d’un taux moyen de 5%, cela représente, sur la base de la consommation mondiale de pétrole de 2005, une production de 191,8 millions de tonnes d’huile de colza. Ce qui correspond à 159,8 millions d’hectares. Ce sont près de 160 millions d’hectares de terrain agricole qui seraient sacrifiés à la production de carburant bio. A titre de comparaison, l’Allemagne dispose de 17,2 millions d’hectares de surfaces cultivables et la Suisse de 1,7 million. Dans le monde entier, quelque 1200 millions d’hectares de terrain sont à la disposition de l’agriculture. Presque 15% des surfaces cultivables devraient être retirés à l’agriculture pour remplacer 5% de l’énergie fossile par l’énergie verte. Un remplacement de 10% ferait perdre un quart des surfaces destinées à l’alimentation! En outre, considérons qu’avec les céréales utilisées pour un seul plein d’éthanol, on pourrait nourrir un homme pendant une année. Toute personne sensée peut se rendre compte de l’hypocrisie de la propagande en faveur du bioéthanol et de son profond mépris des hommes.
Cette stratégie – qui consiste à résoudre des problèmes d’énergie et de pollution de l’environnement par le recours aux plantes qui repoussent «de manière illimitée» – ne peut être préconisée que par un «groupe d’intérêt» voué à la croissance économique et à l’exploitation impitoyable de ressources qui se font de plus en plus rares. Comme ce fut déjà trop souvent le cas, on résoudrait le problème (du gaspillage) de l’énergie en créant de nouveaux problèmes et en aggravant les problèmes existants. Les aliments deviennent rares, on poursuit le déboisement de la forêt tropicale, les petits paysans perdent leurs terres, les monocultures apparaissent et les engrais et les pesticides empoisonnent l’eau. En 1985 déjà, Hoimar von Ditfurth écrivait: «Nous n’avons pas encore appris à croire à l’existence d’une catastrophe mondiale qui se déroule sans bruit, sans éclairs ni tonnerre et sans puanteur.» La «troisième guerre mondiale» dirigée contre la nature et les bases existentielles des générations futures bat son plein à l’insu de la majorité des gens. L’homme est en train de mener une guerre d’exploitation silencieuse mais efficace contre l’environnement et les générations d’aujourd’hui et de demain. Et il croit même pouvoir la gagner en appliquant davantage son intelligence techno-scientifique.

Source et article complet sur: sott.net