Le bêtisier de la cours des comptes

Quand c’est trop beau, on ne peux que faire tourner l’information, et celle-ci montre à quel point notre argent est bien utilisé, vraiment! Je suis tellement admiratif devant le financement des armées d’autres pays alors que la notre est en piteux état, quel que soit le niveau, et que dire du musée national du sport, incroyable! Bref, mieux vaut être ironique devant ces informations car sinon, la méchanceté primerait vraiment!

Dans son rapport annuel, la Cour des comptes recense les gaspillages et anomalies budgétaires, ou en sens inverse, les dépenses insuffisantes.

Fondée sur des commandes massives de vaccins, sans stratégie de repli, conduite de manière chaotique en excluant hôpitaux et médecins libéraux, la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 a coûté €662,6 millions, même après les annulations de commandes aux laboratoires, soit bien plus que les €510 millions annoncés par le gouvernement. Seules 5,4 millions de personnes ont été vaccinées, moins de 8,5% de la population.

La France participe à huit corps militaires européens qui ne font rien ou n’ont que des missions marginales. Ainsi l’Eurocorps et la brigade franco-allemande n’ont connu aucun engagement depuis l’Afghanistan en 2004. La force navale franco-allemande n’a connu que deux engagements en 20 ans.

Les réductions de 75% sur le prix des billets de train dont bénéficient depuis le 19e siècle les militaires, compensées par l’État à la SNCF, ont coûté €192,4 millions à l’État en 2009 contre €143 millions en 2002 en raison d’une fraude systématique et de l’absence de contrôle.

Créé en 1963, détenteur de 600.000 objets et documents, localisé en principe au Parc des Princes, le Musée antional du sport a un problème: il n’a pas de galeries, pas de personnel adapté et donc pas de public. Une exposition partielle sur 1.200 m² a coûté €4,4 millions pour mettre en valeur 350 objets. Ce musée virtuel coûte par ailleurs €900.000 à l’État par an.

Grâce à une loi de 2006, les 196.000 arbitres sportifs de France ne paient ni cotisations sociales ni impôt sur leurs indemnités, ce qui coûte entre e37 et e134 millions par an à l’État, suivant les estimations, sans justification claire.

Sorte « d’impôt à l’envers », distribution d’argent de l’État censée inciter à travailler, la prime pour l’emploi versée à plus de huit millions de foyers pas toujours défavorisés a coûté €4 milliards en 2009, presque le double de 2001, alors qu’elle n’encourage pas vraiment l’activité mais constitue de facto une aide sociale et décourage les augmentations des bas salaires.

L’État a consacré €610 millions en 2009 au financement du chômage partiel, dispositif qui permet aux entreprises en crise de conserver leur salariés en les faisant travailler moins, mais sans les licencier.

Source: contrepoints.org