La perte de la biodiversité augmente la transmission des maladies vers l'homme

L’écologie n’est pas une valeur sure dès qu’elle est politisée, puisque ce n’est pas un domaine qui rapporte, puisque l’écologie n’intéressera pas tant qu’elle ne sera pas une base du capitalisme et de l’enrichissement de certains, alors elle ne sera qu’un argument en vue des élections possibles. Malheureusement, une récente étude démontre que la biodiversité est en rapport direct avec notre santé et pire, que nous sommes plus confrontés aux maladies si cette biodiversité est mise à mal!

Une nouvelle étude anglo-américaine montre que la perte de biodiversité, notamment chez les mammifères et les bactéries bénéfiques, pourrait porter atteinte à la santé humaine. Présentée dans la revue Nature, la recherche souligne la relation importante entre la conservation et les maladies. La perte d’espèces dans les écosystèmes déclenche une augmentation de pathogènes, les organismes responsables des maladies. Pour réduire les probabilités que d’autres maladies infectieuses se propagent des animaux sauvages aux animaux d’élevage et à l’homme, les auteurs appellent à un meilleur suivi des régions ayant beaucoup d’animaux domestiqués.


Les chercheurs ont découvert que la flore, la faune et les microbes susceptibles de disparaître parallèlement à la perte de biodiversité sont souvent ceux qui servent de tampons pour la transmission de maladies infectieuses. Les espèces restantes renforceront la transmission de maladies infectieuses comme le virus du Nil occidental, la maladie de Lyme et l’Hantavirus.

« Nous connaissons certains cas de déclin de biodiversité où l’incidence des maladies augmente« , explique Felicia Keesing, une écologiste du Bard College de New York, aux États-Unis. « Mais nous avons découvert que ce modèle est beaucoup plus général : la perte de biodiversité augmente la transmission de pathogènes pour une variété de systèmes de maladies infectieuses. Ce modèle se vérifie pour certains types de pathogènes, dont les virus, les bactéries et les champignons, et pour de nombreux hôtes, qu’ils soient humains, animaux ou même végétaux« , fait-elle remarquer. « Lorsqu’un essai clinique sur un médicament spécifique montre que ce dernier fonctionne, on arrête l’essai pour que le médicament soit mis en vente« , explique le professeur Keesing. « De même, l’effet protecteur de la biodiversité est suffisamment clair pour que nous que nous mettions en place des politiques de préservation dès maintenant. »

Richard Ostfeld, du Cary Institute of Ecosystem Studies aux États-Unis expliquait que dans le cas de la maladie de Lyme, « les espèces-tampons telles que l’opossum sont menacées lors de la fragmentation des forêts, tandis que la souris à pattes blanches, elle, prospère. Ces souris augmentent le nombre de tique à pattes noires, vecteur et pathogène de la maladie. » Néanmoins, il admet que pour le moment, les chercheurs sont incapables d’expliquer la raison pour laquelle les espèces les plus résilientes (celles qui seront encore présentes lorsque la biodiversité disparaîtra), sont celles qui amplifient les pathogènes.

« L’identification des variables impliqués dans l’émergence des maladies infectieuses est compliquée mais essentielle« , commente Andrew Dobson de l’université de Princeton, aux États-Unis. « La biodiversité est un important facteur mais c’est également le cas des changements d’utilisation des sols, de la croissance de la population humaine et du comportement« , explique-t-il. « Lorsque la diversité biologique est en déclin et que les contacts entre les hommes augmentent, vous obtenez la recette magique pour l’apparition de maladies infectieuses« , explique le professeur Dobson.

Il est indispensable de surveiller consciencieusement les régions possédant de nombreuses espèces animales domestiquées ou celles où se trouvent des élevages de poissons pour stopper la transmission de maladies infectieuses des animaux sauvages aux animaux d’élevage et aux hommes, expliquent les chercheurs.

Sam Scheiner de la National Science Foundation (NSF) déclarait : « Le changement planétaire s’accélère, et apporte une série de conséquences involontaires. Cet article démontre les dangers du changement planétaire, indiquant que l’extinction de certaines espèces pourraient augmenter l’incidence des maladies chez les hommes, certains animaux et les plantes. »

La biodiversité mondiale connaît un déclin impressionnant depuis les années 1950. Les taux d’extinction sont de 100 à 1000 fois plus rapides que dans le passé. Les experts s’attendent à ce que ces taux augmentent à plus de 1000 fois dans les 50 années à venir. La croissance de la population humaine renforce les contacts avec de nouveaux pathogènes par de nombreuses activités telles que le défrichement au profit de l’agriculture et la chasse des animaux sauvages.

Des chercheurs de la société zoologiques de Londres, au Royaume-Uni, et des institutions américaines telles que la Harvard Medical School, l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, l’université d’État de l’Oregon, l’université d’État de Pennsylvanie, l’université de Floride, l’université de Cornell, le Wildlife Trust et Virginia Tech, ont participé à l’étude.

Source de l’article: notre-planete.info