L'or bat tous les recors…

Aucune surprise, c’était même attendu, le cours de l’or explose, les autres métaux suivent comme l’argent qui devient lui aussi un bon investissement.  Allan  Greenspan nous l’avait bien dit: « l’or c’est le canari dans la mine« , et là, le canari est déjà mort depuis longtemps, zigouillé et même décomposé! Merci les banques.

Source du graphique: moneyweek.fr

 

Londres (awp/afp) – Les métaux précieux ont fini la semaine en légère baisse, les investisseurs s’assurant quelques bénéfices après les nouveaux sommets atteints par l’or et l’argent mardi.

OR

Le prix de l’or a grimpé mardi à un nouveau record historique de 1431,25 dollars l’once, franchissant pour la première fois la barre des 1430 dollars, profitant d’un regain de prudence des investisseurs et d’un léger affaiblissement du billet vert.

Un billet vert plus faible rend en effet plus attractifs les achats de matières premières libellées en dollar, comme le métal jaune, pour les investisseurs munis d’autres devises.

L’or a continué d’être porté par son statut de valeur refuge contre la volatilité des marchés, notamment de devises, attirant des investisseurs toujours inquiets des risques de contagion de la crise de la dette à d’autres pays de la zone euro.

Cette crise a déjà poussé la Grèce et l’Irlande à demander une aide extérieure pour tenter de rétablir leurs finances publiques, un sort qui pourrait selon certains observateurs attendre d’autres pays fragiles de la zone euro, comme le Portugal, l’Espagne et l’Italie.

« L’or devrait continuer à être bien soutenu à ses niveaux actuels, tant que les dettes des pays périphériques de la zone euro restent en ébullition et continuent d’accroître l’attrait de l’or comme valeur refuge », ont observé les analystes de Commerzbank.

Et « de nouveaux records pourraient être en réserve alors que les banques centrales du monde industrialisé gardent leurs taux d’intérêt à des niveaux très bas et que les banques centrales des pays émergents continuent de se tourner vers l’or pour diversifier leurs actifs », a abondé Adam Sieminski, analyste chez Deutsche Bank.

Pour M. Sieminski, une bulle spéculative sur l’or ne se formerait qu’à partir de 2000 dollars l’once.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or a fini à 1375,25 dollars vendredi au fixing du soir contre 1403,50 dollars le vendredi précédent.

ARGENT

Comme à l’accoutumée, les cours de l’argent ont calqué leur progression sur celle du métal jaune, grimpant mardi à un nouveau plus haut depuis mars 1980, avant de se replier et de finir la semaine à l’équilibre.

Le métal gris a terminé à 28,79 dollars l’once vendredi contre 28,74 dollars une semaine auparavant.

PALLADIUM/PLATINE

Les métaux platinoïdes sont repartis à la baisse cette semaine, les investisseurs engrangeant quelques bénéfices après leur envolée de la semaine précédente.

Les cours restaient cependant élevés, profitant notamment d’une accélération de la hausse des ventes d’automobiles en Chine au mois de novembre, atteignant 16,4 millions d’unités sur les onze premiers mois de l’année. Le platine sert à la fabrication des pots catalytiques.

Soutenu par la perspective d’un épuisement des stocks de la Russie, premier producteur mondial, le cours du palladium était monté le 3 décembre jusqu’à 779,10 dollars l’once, son plus haut niveau depuis avril 2001.

Sur le London Platinium and Palladium Market, l’once de platine a fini à 1673 dollars vendredi contre 1718 dollars vendredi dernier.

L’once de palladium a terminé à 737 dollars contre 758 dollars une semaine plus tôt.

source: Romandie.com