Tout ce que vous allez bientôt payer en plus…

Dire que ce qui nous attend est un passage au presse-citron supplémentaire est un euphémisme! C’est bien pire que cela, c’est même une nouvelle sodomie organisée, légale et évitable, quoiqu’ils en disent…

Image
SANTE – Le gouvernement a présente ce mardi le budget 2011 de la Sécurité sociale…
Le gouvernement a présenté en fin d’après-midi ce mardi les nouvelles mesures en vue de limiter le budget 2011 de la Sécurité sociale. Pour ce faire, le gouvernement a tablé sur un plan de 2,5 milliards d’économie dans la branche maladie, la plus lourdement dans le rouge. Objectif: ramener le déficit à 21,4 milliards d’euros pour 2011. Certaines de ses mesures pourraient être difficiles à faire passer du côté de l’opinion.

Un moindre remboursement des «vignettes bleues»
Comme prévu, le remboursement des médicaments à service modéré, les fameuses «vignettes bleues», sera désormais de 30%, à partir de 2011, au lieu de 35% jusque là. Selon Les Echos, l’économie attendue est faible (moins de 100 millions d’euros) car ces médicaments ne représentent que 7% des prescriptions.

Durcissement des prises en charge pour les affections longues
Deuxième mesure, le durcissement des conditions de prises en charge des affections longue durée (ALD). Jusque là, le dispositif permettait d’être couvert à 100% lorsqu’on était atteint d’une maladie grave et coûteuse, par exemple en cas d’hypertension artérielle. Selon le projet de loi présenté ce mardi, les nouveaux malades seront désormais pris en charge normalement. Ils devront donc payer le ticket modérateur. Autres concernées, les personnes diabétiques. Le gouvernement souhaite instaurer une prise en charge au forfait des bandelettes d’autotest pour la glycémie. Enfin, l’assurance maladie ne prendra plus systématiquement en charge «les dépenses de transports, pour les patients ALD lorsque leur état de santé ne le justifie pas». Ce durcissement devrait permettre d’économiser en tout 75 millions d’euros.

Concernant la somme qui reste à la charge du patient lors des consultations, elle sera modifiée en 2011, pour les visites à l’hôpital. Actuellement les patients paient 20% de leur poche sur les actes jusqu’à 91 euros. Une participation forfaitaire de 18 euros est ensuite appliquée au-delà. Le budget 2011 prévoit de relever le seuil de 91 à 120 euros. Gain estimé: un peu moins de 100 millions, selon Les Echos.


Baisse de prix des médicaments
Les malades ne sont pas les seuls concernés. Le gouvernement compte également réaliser près de 900 millions d’économies grâce à des baisses de prix des médicaments et de certains actes médicaux. Les tarifs de certains professionnels de santé, notamment les radiologues, seraient aussi revus à la baisse.

Majoration des cotisations patronales
«Le gouvernement propose d’augmenter le taux de costisation patronale de 0,1 point» au titre des accidents du travail et des maladies professionnelles, a indiqué le gouvernement dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale. Cette branche, uniquement financée par les employeurs, est déficitaire. Elle pourrait retrouver l’équilibre en 2011 grâce à un rendement de 450 millions d’euros. Les mesures envisagées devraient même la rendre excédentaire de 100 millions d’euros en 2011.

Source: 20minutes.fr

Pour le petit rappel:

2004: La Sécurité sociale connaît un déficit historique avec 11,9 milliards d’euros. En 2010, il s’élève à 23 milliards d’euros.

2005: Une participation forfaitaire de 1 euro est laissée à la charge de l’assuré pour les actes et consultations médicales et pour tous les actes de biologie médicale dans la limite de 1 euro par jour. Les mineurs, femmes enceintes et bénéficiaires de la CMU ou AME sont exclus.

2006: La loi de financement de la Sécurité sociale prévoit un forfait de 18 euros restant à la charge des usagers pour les actes médicaux de plus de 91 euros ou affectés d’un coefficient supérieur ou égal à 50.

2007: La loi de financement de la Sécurité sociale du 19 décembre instaure les «franchises médicales». Des sommes sont déduites du remboursement de certaines prestations: 0,50 euro par boîte de médicaments et par acte paramédical et 2 euros par transport sanitaire, avec un plafond annuel de 50 euros.

2010: Le forfait hospitalier passe à 18 euros. Cette somme, restant à la charge du patient hospitalisé, était de 13 euros en 2004, et de 16 euros depuis 2007.

Par vagues successives: Déremboursement de médicaments: 82 à l’été 2003, 156 en mars 2006, 200 en 2010… Leur remboursement passe de 35 à 15%.

Annuellement: Les associations pointent l’augmentation régulière des dépassements d’honoraires, qui restent également à la charge des assurés.

Source: 20minutes.fr

Bref, cela continue inlassablement…Vous n’en avez pas assez? Alors on rajoute cela, juste pour le fun:

Les ménages paieront entre 4 et 7 milliards d’euros de taxes supplémentaires
L’OFCE estime l’impact direct des mesures annoncées par le gouvernement à 4,1 milliards d’euros pour les ménages et 5,9 milliards pour les entreprises. Mais il considère que sur ces 5,9 milliards, ce sont 3,4 milliards qui potentiellement pourraient être répercutés sur les ménages.

Hausse de la dernière tranche d’impôt sur le revenu
Le taux d’imposition de la dernière tranche d’impôt sur le revenu passera de 40 % à 41 % pour les revenus de 2010 taxés en 2011. Cette tranche concerne les revenus supérieurs à 69.783 euros par an. Les recettes – 495 millions d’euros – seront affectées au financement des retraites.

Hausse de charges sur l’emploi à domicile
Les particuliers employeurs qui déclarent leurs salariés à domicile au salaire réel ont un abattement de 15% sur les charges sociales. Cet abattement disparaîtra en 2011.

Suppression de crédits ou de réductions d’impôt.
Le cadeau fiscal aux couples jeunes mariés, pacsés ou divorcés va disparaître. A partir de 2011, les nouveaux mariés et pacsés devront faire soit une déclaration commune pour toute l’année, soit deux déclarations séparées. Pour les divorces et les fins de pacs, il faudra faire deux déclarations séparées.

Le crédit d’impôt au titre des emprunts immobiliers va par ailleurs disparaître au profit d’un nouveau prêt à taux zéro élargi, réservé aux primo-accédants.

Parmi les niches fiscales rabotées de 10% figurent également plusieurs dispositifs très utilisés par les ménages: le Scellier pour l’investissement locatif, l’investissement outre-mer, le crédit d’impôt pour les équipements de la maison en faveur du développement durable et celui pour les panneaux photovoltaïque qui couvrait 50% de la dépense jusqu’ici, passera à 25% dès aujourd’hui.

Baisse des prestations familiales et de santé.
La rétroactivité de trois mois de l’aide personnalisée au logement (APL) pour les étudiants ne sera plus possible. L’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE, 177,95 euros par an en moyenne par famille) ne sera plus versée à la naissance de l’enfant mais un mois après. Dans la santé, les médicaments remboursés à 35% ne le seront plus qu’à 30%, les conditions de prise en charge des patients en Affection de longue durée seront durcies, les bandelettes pour les diabétiques seront moins prises en charge et le ticket modérateur pour les soins en hôpital revu à la hausse.

Des mesures plus ciblées sur les hauts revenus.
La fiscalité qui pèse sur les stocks-options et les retraites-chapeaux va être sensiblement relevée. De même, les plus-values seront taxées au premier euro de cession et le taux d’imposition relevé de 18% à 19% dès 2011. Le taux d’imposition des plus-values immobilières passera de 16% à 17%. Enfin, la minoration de 3% de l’assiette de la CSG et de la CRDS au titre des frais professionnels sera plafonnée pour les revenus supérieurs à 140.000 euros pas an.

Source: lexpansion.com

On dit merci quiiiiiii? Vivement que cela pète bordel, j’en peux plus d’être une vache à lait, un otage de ce système!!!